Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Avez-vous une sorcière parmi vos ancêtres ? Un manuscrit de 350 ans archivé recense les sorcières !

Publié par Nicolas F le 03 Avr 2017 à 15:07
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Comme des millions de Français vous êtes passionné par la généalogie ? Vous espérez trouver un seigneur ou une personnalité parmi vos aïeuls ? Il se pourrait que vous trouviez parmi vos ancêtres des gens beaucoup moins fréquentables. Et si l’une de vos arrière-arrière-arrière-grand-mère était une sorcière ? C’est la surprise qu’ont pu avoir certains de nos contemporains qui ont des origines écossaises. Un document datant de 1658 répertoriant les sorcières du pays, a été rendu public.

Le nom des sorcières a été révélé

La suite après cette vidéo

Il fut une époque où les sorcières existaient vraiment ! Leurs pouvoirs réels ou non, peuvent être contestés, il n’en est pas moins que certaines personnes étaient officiellement accusées de sorcellerie. Dans un manuscrit vieux de 350 ans, vous pouvez parcourir les histoires et les accusations à l’encontre de certaines sorcières. Le document « Names of Witches in Scotland, 1658 » est un registre de noms de celles et ceux qui ont été soupçonnés d’avoir des pouvoirs. À l’époque, la sorcellerie faisait réellement partie des mœurs et une chasse aux sorcières était lancée dans toute l’Europe.

MS 3658 est un manuscrit vieux de 350 ans (Wellcome Library)

Document original accusant certaines femmes de sorcellerie (Wellcome Library)

Avez-vous une sorcière parmi vos ancêtres ?

Les noms des sorcières et sorciers présumés sont suivis de leur lieu d’habitation et de notes concernant leurs confessions. À l’époque les accusés étaient torturés pour qu’ils avouent leurs crimes. La méthode habituelle était de les priver de sommeil. Il y avait aussi le test de nage qui consistait à attacher une personne à une corde et la plonger dans l’eau. Si le corps remontait à la surface, cela voulait dire qu’il était coupable car il était rejeté par les eaux et donc serviteur du diable. Le manuel a été récemment numérisé et mis en ligne sur la bibliothèque Wellcome. Chacun peut donc tenter de déchiffrer l’écriture manuscrite de l’époque et d’améliorer ses connaissances en vieil anglais.

Gravure représentant des sorcières au 17e siècle. (Wellcome Library)