Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Coronavirus : des médecins tirent la sonnette d’alarme et annoncent que l’épidémie serait plus grave que prévue !

Publié par Jessy le 13 Mar 2020 à 18:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Hier, Emmanuel Macron prenait la parole devant plus de 20 millions de Français. Un discours où le président de la République prenait un air grave, mais pas inquiet. Fermeture des établissements scolaire, maintien des municipales et conseils envers les personnes âgées. De leur côté, beaucoup de médecins tirent la sonnette d’alarme, et affirment que le coronavirus est plus dangereux qu’il n’y paraît.

>> À lire aussi : CORONAVIRUS : Emmanuel Macron annonce la fermeture de tous les établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre

Coronavirus : des médecins sont formels : le virus est plus dangereux que prévu !

Sur toutes les chaînes de télévision, le coronavirus fait partie de l’actualité. Hier, sur le plateau de Balance Ton Post, émission de Cyril Hanouna, plusieurs professeurs en médecine étaient présents sur le plateau. Et lorsqu’une chroniqueuse demande : « Est-ce qu’on vous a demandé de lever le pied sur la dangerosité du virus ? » , un vent glacial s’est installé pendant un instant sur le plateau. Pour quelles raisons ? Depuis quelques jours, de plus en plus de médecins alertent sur la dangerosité du virus, et annoncent que les personnes âgées sont, certes, ceux qui décèdent le plus car les plus fragiles, mais que le virus atteint également les plus jeunes.

Beaucoup de médecins s’accordent désormais à dire que le virus est « plus grave que prévu » . Emmanuel Macron, de son côté, décide de jouer la transparence : « Il faut se préparer à une deuxième vague qui touchera, un peu plus tard, des personnes plus jeunes a priori moins exposées à la maladie mais qu’il faudra soigner également » . Il y a quelques jours, Le Parisien interrogeait Gilles Pialoux, le chef du service infectiologie de l’hôpital Tenon, à Paris, qui indiquait que « le coronavirus ne joue pas dans la même cour que la grippe » , insistant également sur le fait que de plus en plus de « jeunes de 30 ou 40 ans, sans pathologie » sont également touchés par le Covid-19, rapporte le quotidien.

>> À lire aussi : Coronavirus : une nouvelle femme politique placée en quarantaine

Doit-on s’attendre à une évolution importante du Covid-19 ?

Comme le disent la plupart des médecins, le pic de personnes contaminées sera déterminé seulement quand le nombre d’infectés commencera à baisser. Le secrétaire général adjoint de la Société française d’anesthésie et de réanimation s’est voulu transparente dans Le Parisien : « La contamination est telle qu’on finit par avoir également des formes critiques chez des jeunes » . Une évolution rapide, en l’espace d’une semaine, qui a des répercussions directes sur les prises en charge en service de réanimation. Bien que la psychose s’empare de plus en plus des citoyens français, 80 % des patients admis en service de réanimation sont sauvés, comme le rappelle Le Parisien.

Les jeunes peuvent être touchés par le coronavirus !

Dans Balance Ton Post, les médecins ont rappelé que les jeunes sont également touchés par le virus, qui risquait d’évoluer dans les jours, semaines ou mois à venir. Les chroniqueurs ont cependant rappelé que seuls 0,2 % des 30 à 40 mouraient du coronavirus, contre environ 14,8% chez les personnes de plus de 80 ans. Des chiffres qui ont été confirmés par une étude du Centre chinois de prévention des maladies. Les médecins rappellent également que l’Italie est en retard en terme de prise en charge, et nouvelle technologie et nouveaux équipements dans les hôpitaux, contrairement à la France.

Cependant, beaucoup de journalistes de médias français et francophones suivant la situation en Italie tirent également la sonnette d’alarme, et prient la France de « prendre la mesure du danger » . Tous évoquent « la situation tragique dans les hôpitaux, les services de thérapie intensive saturés, le triage des patients, ceux -les plus faibles- que l’on sacrifie faute de respirateurs artificiels suffisants » . Selon eux, la France ne prend pas assez au sérieux les dangers liés au virus si ce dernier se propage en masse.

Comment se comporte la France face au coronavirus ?

En France, les citoyens entrent dans une psychose incontrôlée. Tantôt, les gens en rigolent, tantôt, ils ont peur et se jettent sur les rayons de supermarchés afin de faire une réserve de nourriture. Au niveau des habitudes, cela a du mal à changer. Beaucoup avouent que faire la bise ou serrer la main sont des choses qu’ils ont du mal à arrêter. Avec la pénurie de gel hydroalcoolique, beaucoup de français ne peuvent pas suivre toutes les règles visant à combattre le coronavirus.

« Souvent, les retours qui nous arrivent de France montrent qu’une grande partie de nos compatriotes n’a pas changé ses habitudes. Ils pensent qu’ils ne sont pas menacés, surtout lorsqu’ils sont jeunes. Or, l’Italie commence à avoir des cas critiques relevant de la réanimation dans la tranche d’âge 40-45 ans » expliquent les correspondants Français en Italie, qui travaillent notamment pour l’AFP, Radio France, France Télévisions, Libération, La Croix, France 24, L’Opinion, et bien d’autres médias.

>> À lire aussi : Coronavirus : le parc Disneyland Paris ferme ses portes !

Sources : Le Parisien, L’Express , Balance Ton Post

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0