Déconfinement pour bientôt ? Cette réponse d’Olivier Véran inquiète beaucoup !

Publié par le le 20 Nov 2020

Ce jeudi, Olivier Véran a comme à son habitude fait un point hebdomadaire sur la situation sanitaire en France. Il en a profité pour rappeler qu’il n’était “pas d’actualité de déconfiner”, au grand dam de la population. Découvrez ses propos dans la vidéo ci-dessous : 

A lire aussi: Pourquoi le “déconfinement” ne sera pas annoncé avant l’été 2021 ?

Un déconfinement de plus en plus incertain

Comme chaque semaine depuis le début du confinement, le ministre de Santé s’est prêté au jeu du point hebdomadaire. Accompagné du directeur de la santé Jérôme Salomon et de la ministre déléguée de l’Autonomie Brigitte Bourguignon, il a encouragé les Français à poursuivre leurs efforts. Si le niveau des contaminations quotidiennes a quelque peu baissé, la situation reste toujours aussi inquiétante dans les hôpitaux et les Ehpad.

“Le virus circule moins vite depuis la mise en place du couvre-feu et du confinement (…) mais la charge sanitaire reste élevée dans nos hôpitaux. Elle a commencé à se réduire progressivement mais cela va prendre du temps” , a-t-il expliqué. Pour lui, il s’agirait de prolonger la fermeture des lieux à risques comme les restaurants, les salles de sport et les boîtes de nuit.

La santé mentale des Français en prend un coup

Se rendant des efforts considérables que le confinement demandait à certains, Olivier Véran a tout de même insisté sur l’impact psychologique que la situation avait sur la population. “La santé mentale des Français s’est significativement dégradée […], avec une augmentation conséquente des états dépressifs observés sur tous les profils sociodémographiques. S’il y a bien quelque chose qui n’est pas obligatoire dans cette période, c’est d’être malheureux” , a-t-il concédé.

En effet, les troubles dépressifs auraient nettement augmenté avec l’arrivée de la deuxième vague, comme le démontre l’étude CoviPrev menée par Santé Publique France. La population la plus touchée reste celle des 18-24 ans et des 25-34 ans. On retrouve également les inactifs et “les personnes déclarant une situation financière difficile”.

Eviter les chiffres de la première vague

Pour sa part, Brigitte Bourguignon est revenue sur la situation “préoccupante” dans les Ehpad. Plus de 1 600 établissements compteraient plusieurs cas de Covid-19 selon les chiffres. Sur la semaine écoulée, le nombre de décès par jour s’est établi à 163. “Ce que nous voulons éviter impérativement, c’est de retrouver les chiffres de la première vague. Un Ehpad sur deux avait alors été touché” , a-t-elle rappelé. Pour limiter les risques, elle encourage les établissements à tester leur personnel de manière hebdomadaire. Bien que ce dépistage ne soit pas obligatoire, il est fortement recommandé.

Une chose est sûre, la date du déconfinement reste pour l’heure totalement incertaine.

A lire aussi: Déconfinement : Les 3 conditions pour passer des fêtes sereines !

Publié par le le 20 Nov 2020
0