Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Kinéis, la start-up française qui va révolutionner l’Internet des objets par satellite

Publié par Killian Ravon le 17 Jan 2024 à 22:32
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

S’il est un secteur d’avenir, c’est bien celui des objets connectés. On en trouve partout : dans nos voitures, nos maisons, et même sur nos animaux de compagnie ! Mais pour que ces éléments communiquent entre eux, il faut bien une liaison… Et c’est là que la startup toulousaine Kinéis entre en jeu.

Son projet ? Déployer courant 2024 la première constellation européenne de satellites dédiée à l’Internet des objets (IoT). Vous avez bien lu : Kinéis va envoyer 25 nanosatellites en orbite pour permettre de relier entre eux des millions d’objets à travers le monde, et ce pour quelques euros par mois seulement. Révolutionnaire !

La success-story d’une startup spatiale française

Il y a 6 ans seulement, Kinéis n’était encore qu’une idée. Le projet a germé au sein de la société CLS (Collecte Localisation Satellites), une filiale du CNES. Comprenant le potentiel énorme de l’IoT, Alexandre Tisserant, actuel PDG de Kinéis, convainc alors le CNES et des investisseurs de s’associer pour créer une nouvelle entité dédiée au spatial : Kineis voit le jour.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Quatre ans plus tard, en 2020, c’est la consécration : la levée de fonds historique de 100 millions d’euros vient concrétiser les ambitions de la startup. Kinéis réunit tous les grands noms du spatial français — Thales Alenia Space, Hemeria, C L S… — et même des géants comme BNP Paribas. Tout ce beau monde s’active alors à la conception de ses fameux nanosatellites made in France.

Une connectivité IoT accessible au plus grand nombre

La force de Kinéis, c’est son système accessible et peu couteux. Fini les gros satellites ou les balises à plusieurs milliers d’euros : la startup mise sur des nanosatellites de 30 kg uniquement, bien moins chère à construire et à expédier en orbite.

Même chose du côté des objets connectés : Kinéis divise leur prix par 10 ! Comptez une centaine d’euros pour acquérir le fameux capteur qui vous permettra de suivre votre conteneur réfrigéré ou encore… votre troupeau de vaches ! Et quelques euros de plus chaque mois pour rester relié au réseau satellitaire.

Cerise sur le gâteau : ce nouveau système offrira un temps de latence record, c’est-à-dire un délai de seulement 10 à 15 minutes entre l’envoi des informations depuis l’objet connecté au sol et leur réception effective par l’usager. Très utile par exemple pour détecter un début d’incendie et donner l’alerte au plus vite aux pompiers !

Des applications satellite concrètes au service de l’environnement

Si l’entreprise vise avant tout le marché professionnel avec ce nouveau service, ses applications se veulent de même écoresponsables. Outre la détection rapide des feux de forêt, la startup prévoit également de munir des capteurs le long de cours d’eau. Objectif : surveiller les crues et prévenir les autorités en cas de montée anormale des eaux.

L’opérateur toulousain compte aussi parmi ses clients l’électricien EDF, qui souhaite surveiller à distance les barrages hydroélectriques. Où en outre la société de transports Eurotunnel, qui va équiper ses milliers de wagons pour contrôler l’état des freins en temps réel.

Bref, pas de doute : grâce à la jeune pousse et ses nanosatellites connectés made in France, la révolution de l’IoT est bel et bien en marche ! Elle devrait décoller dès juin 2024, date prévue du premier envoi en orbite. À suivre donc…

Elle le prouve : la French Tech a encore de beaux jours devant elle, même dans l’espace ! Avec son projet fou de constellations dédiées à l’Internet des objets, cette pépite toulousaine pourrait bien devenir le leadeur européen du secteur d’ici quelques années. Et si vous aussi, vous rêviez de donner des ailes à vos éléments du quotidien ? Grâce à Kineis, c’est désormais possible pour quelques euros par mois. Alors, on se laisse tenter ?