Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

« C’est presque une nouvelle épidémie dans l’épidémie » : La variant anglais s’accélère et pourrait changer la donne !

Publié par Romane TARDY le 11 Jan 2021 à 12:11
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Arnaud Fontanet, au micro de Jean-Jacques Bourdin, est inquiet suite au variant britannique du Covid-19, qui se répand plus rapidement. Alors que le vaccin apportait de l’espoir, le variant change la donne. Découvrez ses propos dans la vidéo ci-dessous : 

A lire aussi : Covid-19 : L’attestation de déplacement ne serait finalement pas obligatoire

Le variant britannique bouscule tout !

Alors que le nombre de vaccins progresse et que certains envisageaient une sortie de crise à l’été 2021 (voir détails ici), le variant change la donne. Découverte en décembre au Royaume-Uni, cette nouvelle souche du virus est plus contagieuse et pourrait donc faire plus de dégâts. En France, deux clusters ont été identifiés en Ile-de-France et à Rennes et des cas isolés commencent à se développer.

Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique et épidémiologiste à l’Institut Pasteur, a expliqué au micro Jean-Jacques Bourdin : « Il y a une analogie qui est que c’est presque une nouvelle épidémie dans l’épidémie » . Il compare cette situation à celle de février dernier, début de l’épidémie en France. « Deux différences fondamentales : en février, le nombre de reproduction était de 3 alors que là avec le variant anglais avec les mesures de contrôle dont on dispose il est à 1,5 (…) et puis aussi on a un vaccin » . Par ailleurs, les chiffres de contaminations liés aux fêtes sont pour le moment plutôt encourageants.

Un reconfinement bientôt ?

Les semaines qui viennent seront compliquées : « On va très vraisemblablement avoir une recrudescence du nombre de cas en France » . Pour l’épidémiologiste, il est important de connaître le nombre exact de personnes qui sont porteuses du variant. Une enquête « flash » a alors été menée et les résultats ne devraient plus tarder : « On va apprendre qu’il y en a plus que ce qu’on croyait » , affirme Arnaud Fontanet.

Au sujet d’un éventuel reconfinement, Arnaud Fontanet explique que d’un point de vue sanitaire « ce serait très facile de dire on reconfine tout » mais il y a une conscience de l’impact économique et de la lassitude des Français. Pour le couvre-feu avancé à 18 heures dans certains départements, Arnaud Fontanet affirme l’efficacité du couvre-feu avec l’exemple de la Guyane et de celui installé en France en octobre.

Source : BFM TV

A lire aussi : « Vous ne voulez pas finir comme moi » : le cri du cœur de ce patient atteint du covid-19 en Floride

Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail