Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Un pilote s’endort en plein vol : la compagnie aérienne prend une décision radicale

Publié par Hugo Plassot-Moizan le 04 Juin 2022 à 8:47
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alors qu’il était en plein vol, un pilote italien s’est endormi aux commandes. Une situation qui a directement alerté la tour de contrôle. A son arrivée sur le sol, il s’est vite fait licencier pour cette faute grave. Un assoupissement qui a provoqué une énorme panique tant dans les airs qu’au sol.

Publicité
pilote italien

Un dodo qui coûte très cher

L’histoire s’est déroul » le 30 avril dernier. Les voyageurs prennent place dans le vol de la compagnie italienne ITA Airways qui reliait New York à Rome. Jusqu’ici, rien de spécial, le vol se passe calmement. Mais c’est dans le cockpit qu’a eu lieu toute une folle histoire. En effet, selon le journal italien Repubblica, le pilote de l’avion a commis une énorme erreur. Pendant plus d’une dizaine de minutes, la tour de contrôle de Rome n’a reçu aucun signal de la part de l’avion italien.

Cette erreur n’est pas due à un problème de transmission mais tout simplement au fait que le pilote s’est endormi pendant ces 10 minutes. Malheureusement, cela a eu lieu lorsqu’il traversait l’espace aérien français. Ce silence a mis en alerte les autorités françaises qui ont mis en place une alerte terroriste et une communication d’urgence entre Paris et Rome. La France a directement fait décoller deux avions de chasse pour intercepter l’Airbus A330 et vérifier que ce dernier ne faisait pas l’objet d’une prise d’otages.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité
Publicité

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Un licenciement lors de l’atterrissage

Après ces alertes, les autorités italiennes ont tenté en vain de contacter le pilote et le poste de commandement de la compagnie aérienne. Par téléphones portables satellitaires, puis à travers des messages sur ACARS, un outil de communication par satellite, il n’y avait pas de réponse. Après dix longues minutes, un contact a été enfin établi. Selon la compagnie, les deux personnes dans le cockpit se sont endormies, cependant, ils étaient dans le cadre du protocole de « repos contrôlé » .

Publicité

La faute revient donc au commandant de bord qui s’est permis une sieste non autorisée. Dès son arrivée à Rome, l’homme a été licencié tout en niant sa sieste improvisée. Dans un communiqué, la compagnie a assuré que la sécurité des passagers n’a jamais été compromise.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.