Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

« Que sa douleur soit atroce » : une professeure se réjouit de la mort d’Elizabeth II 

Publié par Alicia Trotin le 09 Sep 2022 à 17:58
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Quelques heures avant la mort d’Elizabeth II, Uju Anya, professeure agrégée de langues modernes en Pennsylvanie a publié plusieurs tweets violents, souhaitant mort et souffrance à la reine d’Angleterre. Les réactions ne se sont pas fait attendre et plus particulièrement celle de Jeff Bezos, condamnant fermement ce comportement. 

La suite après cette publicité
Uju Anya, professeure agrégée en Pennsylvanie a publié plusieurs tweets violents souhaitant mort et souffrance à la reine d'Angleterre.

De violentes accusations envers Elizabeth II

Ce jeudi 8 Septembre, alors que toute la presse retenait son souffle au chevet de la reine Elizabeth II, Uju Anya, spécialisée dans l’anti-racisme et professeure universitaire, s’est lancée dans l’écriture de tweets aux propos haineux et violents. 

La suite après cette publicité

« J’ai entendu dire que la monarque en chef d’un empire génocidaire, voleur et violeur est enfin en train de mourir. Que sa douleur soit atroce. »

Elle poursuivit très rapidement en détaillant son propos : 

La suite après cette publicité

« Si quelqu’un s’attend à ce que j’exprime autre chose que du mépris pour la monarque qui a supervisé un gouvernement qui a commandité le génocide qui a massacré et déplacé la moitié de ma famille et les conséquences dont les survivants d’aujourd’hui essaient encore de surmonter, vous pouvez continuer à faire des voeux »

La plateforme a, bien entendu, supprimé certains tweets. Toutefois, ils n’ont échappé à personne, générant plusieurs milliers de réponses. 

La suite après cette publicité

Les réactions critiques des internautes 

Uju Anya reçut instantanément de nombreuses réponses, l’accusant d’habiter elle-même dans un pays autrefois responsable du commerce d’esclaves, certains défendant les bonnes actions de la reine, et d’autres demandant simplement d’avoir la décence de respecter la mort de cette femme. Contre toute attente, c’est le milliardaire Jeff Bezos qui a, lui aussi, échangé avec la professeure : 

« Cette personne est sensée travailler pour rendre le monde meilleur ? Je ne pense pas. Wow.

La suite après cette publicité

– Que tous ceux que vous et votre cupidité impitoyable avez blessés dans ce monde se souviennent de vous aussi affectueusement que je me souviens de mes colonisateurs.  »

Une pétition a même été signée par 800 personnes pour que Uju Anya, professeure à la CMU, soit licenciée. Bien que l’établissement ne se soit pas prononcé précisément à ce sujet, le porte-parole a tout de même déclaré que même si la liberté d’expression était au cœur de la mission de l’enseignement supérieur, les points de vue qu’avait partagé le Dr ne représentaient pas les valeurs de l’institution. De nombreux commentaires expriment, notamment, l’inquiétude des parents d’élèves quant au propos de l’enseignante au sein de ses cours.