Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Remaniement : visé par des accusations de viol, Damien Abad quitte le gouvernement

Publié par Lou Tabarin le 04 Juil 2022 à 11:19
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Six semaines après sa nomination en tant que ministre des solidarités, Damien Abad est déjà sur le départ. Remaniement oblige, il fait partie de ceux qu’Élisabeth Borne n’a pas souhaité garder au sein du gouvernement. Sa courte présence a été marquée par une polémique suite à des accusations d’agressions sexuelles et de viol.

Damien Abad quitte définitivement le gouvernement

Depuis ce matin, tous les yeux sont rivés vers le gouvernement. Suite aux élections législatives, le parti Ensemble! n’a pas obtenu la majorité à l’Assemblée Nationale. Un remaniement ministériel était obligatoire pour permettre à Emmanuel Macron et Élisabeth Borne de se remettre de ces résultats.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Parmi les ministres sortants, on connaissait déjà le sort d’Amélie de Montchalin et de Brigitte Bourguignon. Respectivement ministres de la Transition écologique et de la Santé, elles étaient contraintes de quitter le gouvernement en raison de leur défaite aux législatives.

Mais elles ne sont pas seules… En effet, Damien Abad va devoir céder sa place de ministre des solidarités, a annoncé BFM TV ce lundi 4 juillet. Nommé le 20 mai dernier, l’ancien président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale n’aura finalement passé que 44 jours dans ses nouvelles fonctions.

La fin d’un ministre controversé…

Malgré sa courte présence au gouvernement, Damien Abad aura beaucoup fait parler de lui. Juste après sa nomination, Mediapart a révélé qu’il était au coeur d’une affaire de viol et d’agressions sexuelles. Les faits, qu’il nie en bloc, auraient été commis en 2010 et 2011. Des révélations qui ont permis à la parole de se libérer au sein des Républicains. De nombreux membres du parti avaient ainsi pris la parole pour dénoncer son comportement « lourdingue ».

De son côté, Élisabeth Borne affirmait ne pas être au courant, mais avait promis que « si la justice est à nouveau saisie, on tirera toutes les conséquences de cette décision ». C’en est donc terminé pour lui au sein du gouvernement…

Source : Le Figaro
0