Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Xavier Dupont de Ligonnès : Guy Joao, l’homme confondu avec le meurtrier, témoigne un an après toujours furieux !

Publié par Lucie B le 12 Oct 2020 à 13:04

Dimanche 11 octobre 2020, Guy Joao a accordé un entretien exclusif à M6 où il revient sur le cauchemar qu’il a vécu l’an dernier.

À lire aussi : Xavier Dupont de Ligonnès : la secte dirigée par sa soeur et sa mère dans le viseur des autorités

Interpellé à tort

Le 11 octobre 2019, l’affaire du meurtrier de Nantes, Xavier Dupont de Ligonnès connaît un nouveau rebondissement. La police écossaise déclare avoir arrêté l’homme le plus recherché de France à l‘aéroport de Glasgow. Pendant 26 heures, c’est la folie médiatique.

Pendant 26 heures, c’est l’enfer pour Guy Joao, 70 ans, placé en garde à vue à tort. Il lui faudra attendre que les empreintes digitales et son ADN le disculpent pour qu’il soit relâché. Mais le mal est fait. Sa maison, sa photo, son nom ont fait le tour des médias.

Un an après l’incident, Guy Joao accorde un entretien à M6. Il déclare directement :  » je n’ai toujours reçu aucune excuse de la justice française et écossaise. J’attends toujours ». 

Les réclamations de Guy Joao

Suite à sa mésaventure, Guy Joao a porté plainte contre la police écossaise. Mais sa plainte a peu de chances d’aboutir. « Un haut cadre de la police est venu nous voir pour nous expliquer qu’on n’avait pas de chance et que la police écossaise avait tout fait dans les règles de l’art ».

Un constat qui ne plaît pas au retraité, furieux. « Les autorités françaises et écossaises se refilent la patate chaude. La moindre des choses, c’est que mon épouse et moi recevions un dédommagement financier ».

Guy Joao et sa compagne sont toujours sous le choc de son interpellation. « Pour nous, cette épreuve a été compliquée à vivre. J’ai découvert un nouveau monde : la prison, la police, la justice, les médias. On arrive à passer à autre chose quand on a assez de caractère et de motivation. La vie continue heureusement ». 

À lire aussi : Un prêtre invite deux dominatrices à l’église et filment leurs ébats sexuels sur l’autel