Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

La fête d’anniversaire d’un chat à l’origine d’un foyer de contaminations

Publié par Nicolas F le 30 Jan 2021 à 6:22
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Mariages, fêtes clandestines, repas de famille et même enterrements, ces derniers mois, on a pu lire de nombreux articles qui rapportaient les imprudences de certains qui n’ont montré aucune gêne à enfreindre les lois. Mais peut-on réellement en vouloir à ces gens qui sont à l’origine d’un foyer de contamination du coronavirus après s’être réunis lors de la fête d’anniversaire d’un chat ? Avouez que c’est trop adorable… mais attention, ça reste illégal !

> À lire aussi : Variant anglais : l’inquiétude monte grandement avec la découverte d’un cluster à Marseille

Dix personnes ont participé à une fête d’anniversaire pour un chat au Chili

Dans la petite ville de Santo Domingo, dans la province chilienne de Valparaiso, un foyer de contamination à la covid-19 a été déclaré. Une dizaine de personnes a participé au même événement, faisant fi des consignes sanitaires qui interdisent les regroupements à l’intérieur. Cet événement était l’anniversaire d’un chat ! L’information a été confirmée par Francisco Alvarez, secrétaire régional du ministère de la Santé, qui pensait lui aussi « que c’était une blague en entendant qu’il s’agissait d’une fête d’anniversaire pour un chat ».

> À lire aussi : Covid-19 : Un cluster de 26 cas dans une école primaire : la décision de l’établissement choque !

La fête d’anniversaire à l’origine d’un cluster

Neuf invités ont été contaminées par l’organisateur de la fête, qui on pense, était le patient zéro de ce cluster. Ces dix personnes ont à leur tour contaminé au moins 5 autres personnes de leur entourage après la fête. Puisque l’information semblait être une bonne blague, certains en ont profité pour la transformer en fake news, indiquant que c’était le chat qui avait contaminé les invités. Francisco Alvarez a bien précisé que le chat n’était pas porteur du virus. Plusieurs animaux ont néanmoins déjà été vecteurs du virus, comme les visons, des félins ou encore un gorille le mois dernier, dans un zoo américain.

> À lire aussi : Deux clusters du variant britannique du coronavirus découverts en France… l’inquiétude grandit

Crédits : Pixabay – Source : Meganoticias

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.