Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Animaux

Les chiens de Tchernobyl errants ont subi une mutation

Publié par Léa Lecuyer le 14 Mar 2023 à 7:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Une étude américaine a montré que les chiens errants vivant proche de l’ancienne centrale nucléaire ont fait l’objet de variations génétiques à cause de la forte présence de radioactivité.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Drame lors de la finale du championnat de France de Canicross, plusieurs chiens meurent empoissonnés

Le drame avait eu lieu le 26 avril 1986Deux explosions avaient alors été détectées à la centrale nucléaire de Tchernobyl, ville aujourd’hui située en Ukraine. Alors que d’importantes substances radioactives s’échappent du quatrième réacteur, les habitants se sont vus dans l’obligation de quitter la zone de l’accident délimitée dans un rayon d’environ 30 km.

La suite après cette vidéo

En pleine précipitation, les milliers de personnes évacuées n’ont pu récupérer leurs animaux. Dans les jours qui ont suivi, les autorités soviétiques avaient fait le choix de traquer les bêtes abandonnées pour les exterminer afin de stopper la propagation de la radioactivité.

La suite après cette publicité

Certains chiens ont pu échapper à ce destin tragique puisque leur présence sur le territoire contaminé est étudiée depuis 2017 par des chercheurs. Ces derniers ont tenté de comprendre comment ces animaux ont pu survivre à ce niveau de radioactivité extrême.

À lire aussi : Ce chien vient d’être élu… le plus moche du monde

Tchernobyl : les chiens errants ont subi une mutation
La suite après cette publicité

Un taux de césium-137 impressionnant

Pour mener à bien leur étude, trois cliniques ont été chargées de prélever près de 300 échantillons de sang auprès de chiens errants à différentes distances de l’épicentre des explosions nucléaires, entre 2017 et 2018. La première zone analysée concernait celle proche de la centrale, la seconde correspondait à la ville de Tchernobyl (à 15 km) et la dernière se situait dans un village à 45 km.

Les six ans de recherches ont permis de découvrir de premiers résultats. Ainsi, le 3 mars dernier, la revue Science Advances a dévoilé un chiffre impressionnant. Les chiens vivant à proximité du lieu de l’accident nucléaire possèdent de fortes traces d’irradiation.

La suite après cette publicité

Les scientifiques ont trouvé des dépôts de césium-137, principale source de radioactivité, dont le taux est 200 fois plus élevé chez les chiens errant au niveau de la centrale, en comparaison aux chiens vivant à Tchernobyl.

À lire aussi : Ce chien a la tête gonflée pour une raison immonde… son histoire en a bouleversé plus d’un !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.