Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Animaux

La musaraigne-éléphant n’a pas disparu ! On a retrouvé des spécimens de cette souris à trompe

Publié par Nicolas F le 22 Août 2020 à 12:26
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

On pensait que ce tout petit rongeur avait disparu à l’état sauvage. La musaraigne-éléphant est pourtant toujours bien vivante dans la nature. Une équipe de chercheurs est tombée nez à nez sur plusieurs spécimens lors d’une exploration à Djibouti. Regardez la vidéo pour découvrir les photos de cet animal minuscule. Ce rongeur ressemble à une petite souris avec une petite trompe d’éléphant.

> À lire aussi : Un animal disparu en France depuis plus de 150 ans refait surface !

On pensait que la musaraigne-éléphant avait disparu

Le nom de musaraigne-éléphant parle de lui-même. Ce petit animal est bien un rongeur avec une trompe. Si on veut être biologiquement précis, l’animal n’est même pas cousin avec la musaraigne mais sa petite taille lui vaut son nom vernaculaire. On l’appelle aussi le sengi à face grise ou de son nom latin Rhynchocyon udzungwensis. Aussi appelée souris-éléphant, ou souris à trompe, il s’agit une sorte de macroscélide qui vit en Afrique. La variété somalienne était si rare qu’on la pensait disparue depuis un demi-siècle. Entre 1891 et 1973, les expéditions scientifiques n’avaient permis de rencontrer qu’une dizaine de spécimens.

> À lire aussi : Une automobiliste filme un animal qui avait disparu en Charente

Des spécimens de ce rongeur à trompe ont été repérés à Djibouti

Lors d’un expédition dans la corne d’Afrique, menée par l’association Djibouti Nature, des scientifiques ont découvert l’existence d’une douzaine de spécimens. Pour les trouver, les scientifiques ont sillonné Djibouti, plaçant plus de 1250 pièges à souris, après avoir entendu parler de la présence de rats à trompe dans la région. Pour attirer les rongeurs dans les pièges, ils y ont placé une mixture au beurre de cacahuètes, à l’avoine et à la levure. « La biologie des sengis est une passion. Il faut être motivé pour partir à la recherche de cette espèce », a expliqué à la BBC Steven Heritage, auteur d’un papier scientifique sur les sengis. Cet insectivore au museau allongé peut courir jusqu’à 30 km/h pour attraper ses proies.

> À lire aussi : 10 animaux tellement ronds qu’on croirait qu’ils ont une forme de pompon, adorable !

Crédits : Shutterstock – Source : BBC