Pourquoi vous devriez faire très attention si vous payez par chèque en ce moment !

Publié par Jessy le 30 Sep 2020

Beaucoup de personnes trouvent du plaisir à escroquer les gens, et à les dépouiller de leur argent. En France, les arnaques aux chèques flambent, avec une montée de 20% en 2019. L’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP) tire la sonnette d’alarme.

>> À lire aussi : Il faudra travailler dans cette ville pour trouver le salaire minimum le plus élevé du monde !

Attention, les arnaques aux chèques augmentent !

En 2019, la fraude sur les chèques a augmenté de près de 20%, atteignant les 540 millions d’euros, comme le révèle Le Parisien. Face à ces chiffres, l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP) tire la sonnette d’alarme. Le service, qui a lui-même rendu les chiffres publics, est piloté par la Banque de France. Face à ce problème de fraude, une plus grande sécurité autour des paiements par chèque devrait être présentée au mois de janvier, comme le rapporte Le Parisien. Entre vol, perte, falsification ou contrefaçon, l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement révèle au grand jour ces techniques qui pourraient bien vous faire perdre beaucoup d’argent.

>> À lire aussi : Tarifs du gaz : ça va faire très mal à partir du 1er Octobre !

Vol, falsification ou contrefaçon : quelles sont ces fraudes ?

Parmi les escroqueries les plus répandues, celles du vol ou de la perte compte parmi les 82% des fraudes aux chèques, comme l’indique Julien Lasalle, secrétaire de l’OSMP. Le principe est simple, puisqu’il consiste à détourner un chèque vierge « de son circuit de distribution, de sa boîte aux lettres ou d’un sac » dans le but de s’acheter des bien personnels, au nom du détenteur du chèque, comme le rapporte Le Parisien. « C’est le mode opératoire numéro un des fraudeurs […] le plus souvent utilisé pour acheter des biens à des particuliers ou des professionnels non équipés de dispositifs de détection des chèques irréguliers » rapporte Julien Lasalle.

La falsification n’en reste pas moins une technique répandue. Le but est de raturer ou gommer le nom du bénéficiaire et du montant, afin de l’encaisser. « Pour des transactions d’un montant élevé, privilégier le virement instantané proposé par la plupart des applications mobiles bancaires, ou sinon un chèque de banque » conseille fortement Julien Lasalle. Enfin, la contrefaçon réside dans le fait de fabriquer le chèque de toutes pièces par le fraudeur, qui s’en sert ensuite comme moyen de paiement.

>> À lire aussi : La Fondation 30 millions d’amis dévoile une vidéo choc contre les abandons d’animaux ! (Vidéo)

0