Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Une prime de 5000€ pour chaque victime du coronavirus ? Olivier Véran répond

Publié par Elisa le 05 Nov 2020 à 15:36

Une rumeur circule selon laquelle une prime de 5 000 euros serait versée pour chaque victime du Covid-19. Olivier Véran répond à cette fake news.

Olivier Véran masque extérieur coronavirus

Des nombreuses rumeurs ont circulé depuis le début de la crise sanitaire. Mais récemment, une en particulier persiste. Rapidement propagée auprès des Français, elle dit qu’une prime de 5 000 euros sera versée par l’Etat aux hôpitaux pour chaque décès lié au Covid-19. Une rumeur, notamment très répandue sur les réseaux sociaux, face à laquelle Olivier Véran a du s’exprimer.

Olivier Véran dément cette rumeur

Le ministre de la Santé était entendu par la commission d’enquête Covid de l’Assemblée ce mercredi 4 novembre. Interrogé par les députés, il a aussitôt démenti cette rumeur. “Je veux bien essayer de tout comprendre mais il y a des choses qui dépassent l’entendement. Je vais essayer de rester calme mais je trouve ça insultant pour les soignants, pour les médecins, pour les équipes, pour les familles de malades, pour les malades eux-mêmes” , s’insurge Olivier Véran.

Un ouï-dire qui viendrait de l’étranger, en Belgique plus particulièrement, comme l’explique Le Monde. Et comme beaucoup de rumeurs, elle a été lancée sur les réseaux sociaux: Facebook. Un internaute explique dans une publication que l’acte de décès d’une personne morte d’une autre maladie avait été modifiée pour y ajouter la mention “Covid”. Selon l’auteur, cela lui permettait de toucher la fameuse prime de 5 000 euros. Le gouvernement belge a immédiatement démenti cette fausse information.

Olivier Véran s’insurge 

Olivier Véran est très remonté face à cette rumeur. Mais il s’insurge également devant toutes les fake news qui circulent depuis le début de l’épidémie. “Ça peut aller jusqu’à ‘l’épidémie n’existe pas et n’a jamais existé, circulez il n’y a rien à voir’. Parfois ce sont ceux qui disaient il y a trois semaines, un mois, qu’il n’y avait pas de deuxième vague et que tout était faux, qui disent aujourd’hui que le gouvernement n’a rien préparé, que le pays est submergé (…) En période de crise, épidémique ou d’autres natures, ce genre de diffusion de fausses informations, c’est presque de la haute trahison” , regrette le ministre de la Santé.

A lire aussi: Fêtes de Noël : Olivier Véran annonce une terrible nouvelle