Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

Gaspillage alimentaire, yachts et jets privés polluants : l’envers du décor du Festival de Cannes

Publié par Gabrielle le 21 Mai 2022 à 8:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La 75e édition du Festival de Cannes s’est ouverte le 17 mai et se déroulera jusqu’au 28 mai. La Croisette accueille des célébrités venues du monde entier, qui vont monter les marches et défiler sur le tapis rouge. Mais sous les strass et les paillettes, se cache une tout autre réalité.

Le Festival de Cannes cache un terrible bilan environnemental

Depuis plusieurs jours, les photographes dégainent leurs objectifs pour immortaliser les tenues des stars. Eva Longoria a par exemple fait sensation dans une magnifique robe nuisette. Mais comme chaque année, les dessous du Festival de Cannes sont beaucoup moins glamours.

Ce que les médias et les stars montrent du Festival de Cannes n’est que la partie visible de cet évènement. Derrière se cachent un immense gâchis et un terrible bilan environnemental. Ce rassemblement de grands noms du cinéma est également synonyme de gaspillage alimentaire, d’atterrissages incessants de jets ou encore de yachts énergivores…

Lors des précédentes éditions, les associations ont pointé du doigt l’impact du Festival de Cannes sur le climat. Un sujet toujours d’actualité au vu des records de chaleur que connaît le monde ces derniers temps.

festival de cannes

Des associations alertent autour d’une pollution démesurée

Si l’événement fait rêver à travers le monde, l’envers du décor est tout autre. « Il y a sans doute énormément de progrès à faire sur l’organisation du festival pour la rendre plus écologique » , avait déclaré le réalisateur Cyril Dion, en 2019.

Le Festival de Cannes attire beaucoup de monde, la population de la ville triple pour seulement quelques jours. Les déplacements des professionnels et artistes ne sont pas sans conséquence écologiquement. En 2018, l’aéroport de la Croisette a enregistré 1 700 décollages et atterrissages au mois de mai contre 1 000 au mois d’avril.

Geneviève Huchet, la présidente de l’association pour la défense de l’environnement et de la nature, détaille cette pollution démesurée : « Une noria de voitures souvent précédées de motards toutes sirènes hurlantes les conduisent aux hôtels afin d’éviter les bouchons, les immenses yachts dans la baie sont obligés de faire fonctionner leurs moteurs toute la journée pour avoir de l’électricité » .

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0