Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

Fin du monde : Cette date butoir pour garder une planète vivable

Publié par Gabrielle le 09 Avr 2022 à 10:36
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce lundi 4 avril, un rapport alarmant a été publié par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Il reste trois ans à l’humanité pour réduire ses émissions de CO2 afin de limiter le réchauffement climatique et conserver un monde « vivable » .

rechauffement climatique

Les émissions de gaz à effet de serre doivent plafonner d’ici 2025

Alors qu’on ne pourra plus vivre dans certaines régions d’ici 2050, les experts de l’ONU ont publié un rapport alarmant sur l’avenir de notre planète ce lundi 4 avril. Selon ces scientifiques, il reste à l’humanité seulement trois pour conserver un monde « vivable » .

Les vidéos du jour à ne pas manquer

« Dans les scénarios que nous avons évalués, limiter le réchauffement à 1,5 °C nécessite que les émissions de gaz à effet de serre plafonnent avant 2025 au plus tard » , écrivent les experts dans un communiqué de presse.

L’objectif le plus ambitieux de l’Accord de Paris signé en 2015 était de limiter le réchauffement à +1,5 °C. Sans une réduction « rapide, radicale et immédiate » des émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs, un réchauffement de plus de 3 °C est à prévoir d’ici 2100.

Comment limiter le réchauffement climatique ?

Face à ce scénario catastrophique, il est urgent d’agir. La Giec a étudié différents scénarios d’émissions qui pourraient limiter le réchauffement à 1,5 °C. Pour cela, les émissions doivent plafonner au plus tard d’ici 2025 et chuter de 43 % en 2020.

« Nous sommes à un tournant. Nos décisions aujourd’hui peuvent assurer un avenir vivable » , assure le patron du Giec, Hoesung Lee. Les experts de l’ONU donnent les outils pout limiter ce réchauffement climatique. À notre niveau, il est important de changer notre mode de consommation notamment concernant l’industrie textile.

La guerre en Ukraine a mis la lumière sur notre dépendance aux énergies fossiles qu’il faudrait limiter. Le rapport recommande l’arrêt du charbon sans capture de carbone, et une réduction de 60 et 70 % de l’utilisation du pétrole et du gaz d’ici 2050.

0