Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Attentat de Conflans: Une enseignante a été menacée par des élèves après ses propos sur le port du voile !

Publié par Elodie le 22 Oct 2020 à 14:00

Ce lundi, sept élèves du lycée Pierre-Aragon de Muret ont été placés en garde à vue pour avoir menacé leur enseignante. L’agression a eu lieu après que cette dernière n’ait abordé la thématique du port du voile en France.

Une enseignante se fait agresser par des élèves après avoir abordé la thématique du port du voile

A lire aussi: Hommage national à Samuel Paty : l’arrivée du cercueil a bouleversé toute l’assemblée !

Un sujet délicat

Une semaine avant l’attentat de Conflans, les gendarmes de Muret (Haute Garonne) se sont saisis d’une affaire opposant plusieurs élèves et leur enseignante. Cette dernière a dû essuyer leurs insultes après avoir fait un cours sur la thématique du port du voile en France. Une mineure a été mise en examen ce mardi après que le parquet mineur de Toulouse ait décidé de la poursuivre selon La Dépêche.

Dans le cadre de son programme scolaire, l’enseignante a donné le 9 octobre dernier un cours sur l’égalité des rapports homme-femme. « Elle a évoqué le principe de laïcité et la limitation du port du voile dans l’espace public. La polémique n’est pas partie de là mais lorsqu’elle a indiqué que l’on avait plus de droits en France qu’en Arabie Saoudite. Deux élèves ont contesté cela et ont assuré que la charia c’était mieux que la loi française … » , a expliqué une source proche du dossier. « Le dialogue a dérivé sur le port du voile en France » , rapporte une autre source.

Des élèves remontés

Après la fin des cours, le débat s’est tout de même poursuivi entre les élèves. C’est comme cela que plusieurs élèves, qui n’avaient pas assisté au cours, ont appris l’existence de cette discussion. Une fille de 16 ans, visiblement irritée, a décidé d’aller à la rencontre de la professeure. Une fois arrivée en face d’elle, elle s’est alors mise à l’insulter. Deux autres garçons se sont alors joints à elle et ont eu un échange musclé avec l’enseignante.

 » Trois élèves ont été sanctionnés par le proviseur. Une mesure d’éloignement a été mise en place concernant la fille de 16 ans » , a rapporté l’académie. Le soir même l’enseignante a décidé d’aller déposer une plainte à la gendarmerie de Muret. Après l’attentat de Conflans, les recherches se sont accélérées et ont mené à l’arrestation de sept mineurs. Ils ont tous été convoqués pour être placés en garde à vue lundi.

Après audition, le parquet a décidé de présenter la jeune fille de 16 ans au juge pour enfants. Elle a été mise en examen pour « outrage à personne dépositaire d’une mission de service public dans un établissement scolaire ». Elle encourt 6 mois d’emprisonnement.

Sept mineurs arrêtés

Selon le secrétaire départemental de l’Unsa Education, « Ces faits ne sont malheureusement pas rares ». Dès 2015, ce dernier affirme avoir remarqué un changement de comportement chez les élèves. Le fait que certains d’entre eux ne respectent pas la minute de silence en mémoire aux attentats de Charlie Hebdo était un signe selon lui.

« Nous rencontrons des problèmes avec les repas servis à la cantine. Autre exemple,  les enseignants qui abordent la thématique du droit des femmes sont souvent menacés » , raconte-t-il.

A lire aussi: « Être prof »: Brigitte Macron rend hommage à Samuel Paty à travers une lettre touchante