Complètement ivre, le compagnon d’une préfète interpellé après une course-poursuite avec la police !

Publié par le le 13 Jan 2021

Jeudi 17 novembre, un policier de la DGSI a été interpellé par d’autres policiers, dans les Hauts-de-Seine, après un accident et une course-poursuite en état d’ivresse. Il s’agit du compagnon de la préfète d’Eure-et-Loir.

girophare-police

À lire aussi : Diary Sow : Ce que l’on sait sur l’inquiétante disparition de l’étudiante sénégalaise

Une course-poursuite avec un véhicule de la préfecture

C’est une interpellation un peu particulière qui a eu lieu, jeudi 17 novembre, à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine. Un policier de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) a fait une course-poursuite avec d’autres policiers. Il a été impliqué dans un accident de la route qui s’est déroulé à Neuilly-sur-Seine et qui a fait plusieurs blessés.

L’homme était alcoolisé et roulait dans un véhicule de la préfecture de l’Eure-et-Loir. Ce policier n’est pas n’importe qui : il s’agit de l’actuel compagnon de la préfète de l’Eure-et-Loir, Fadela Benrabia, ce qui explique donc mieux, la provenance du véhicule avec lequel il a eu cet accident de la route.

La préfète s’excuse des actions de son compagnon

Suite à son interpellation, le policier a été placé en garde à vue, et présenté à un juge du tribunal de Nanterre. Le compagnon de la préfète a été mis en examen pour “conduite en ayant fait l’usage de stupéfiants, mise en danger par violation manifestement délibérée, et défaut de maîtrise” . Il a été placé sous contrôle judiciaire avec l’interdiction de conduire, en attente de son audience qui aura lieu, le 4 mai 2021.

Suite à ces révélations, la préfète de l’Eure-et-Loir, Fadela Benrabia s’est exprimé auprès de l’Écho Républicain. “Je suis profondément désolée de cette affaire qui s’est déroulée dans un contexte privé. Cette histoire m’a profondément meurtrie” . Fadela Benrabia tient à ajouter que “les frais liés aux dégâts matériels seront complètement pris à ma charge pour que la préfecture et l’État ne perdent rien. Quant à mon compagnon, les procédures suivent leurs cours et j’entends respecter cela” . Mercredi 6 janvier, le Conseil des ministres a accepté la demande de départ de la préfète de son poste, pour des raisons personnelles.

Source : L’Écho Républicain 

À lire aussi : Ces agents de la RATP bravent le couvre-feu pour dealer !

Publié par le le 13 Jan 2021
0