Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

« Connard, merde, cassos, drogué » : Les révélations chocs de Cédric Jubillar face à son psy

Publié par Gabrielle Nourry le 30 Août 2022 à 9:05
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Dans l’affaire de la disparition de Delphine Jubillar, le principal suspect est son mari. Depuis décembre 2020, les enquêteurs tentent de percer la personnalité de Cédric Jubillar qui n’a cessé de clamer son innocence. Pour faire la lumière sur cette affaire, le père de famille a suivi une expertise psychologique.

La suite après cette publicité

Cédric Jubillar affirme que l’enquête serait truquée

Ce lundi 29 août, le rapport d’expertise de Cédric Jubillar rédigé par un psychologue clinicien a été révélé par Le Parisien. Le mari de Delphine Jubillar a rencontré cinq fois le psychologue auquel il a parfois fait de troublantes confidences. Les rencontres se déroulent à la prison de Seysses et durent moins d’une heure.

cedric jubillar
La suite après cette publicité

« Il bétonne son discours » , « ne laisse pas prise à la surprise » et « donne une face de petit garçon qui peut susciter de la compassion » , indique l’expert. Cédric Jubillar précise qu’il vit très mal son isolement. Il se plaint de ne pas voir ses enfants et de ne pas manger assez.

Le psychologue l’interroge régulièrement au sujet de sa détention mais le mari de Delphine Jubillar clame toujours son innocence. Selon lui, l’enquête serait même truquée. « Les gendarmes ont maquillé les preuves : le sang sur le pyjama, la voiture changée de place, plein de petits trucs comme ça » , accuse-t-il.

Il dresse un portrait peu flatteur de son épouse

La suite après cette publicité

« Je suis toujours arrogant, tonique, dans la repartie, c’est ma manière d’être » , « tout le temps violent verbalement » , c’est ainsi que se décrit Cédric Jubillar. Le père de famille tente de se placer en position de victime affirmant avoir trop souffert de la prison. « L’image dégradée de moi, mon nom taché à vie. Je sais très bien que je ne retrouverai jamais du travail » , confie-t-il au psychologue.

Lorsqu’on lui parle de son épouse, Cédric Jubillar fait part d’une forte animosité. Il prétend avoir été victime de son épouse avant sa disparition. « À partir de septembre (2020), elle m’insultait : Connard, merde, cassos, drogué… » , précise-t-il. Quand on lui demande quelle pourrait être l’origine de ces insultes, le trentenaire est catégorique : Delphine avait un amant.

« Je n’aurais pas accepté un divorce à l’amiable parce qu’elle m’aurait pris pour un con » , lance Cédric Jubillar. Un an et demi après sa disparition, le Tarnais semble toujours ressentir une forte rancoeur envers son épouse. Elle serait une « mère rejetante » , « pas présente pour Elyah (leur fille) » . Il aurait alors tenté de « compenser » les manquements de sa femme.