Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Affaire Jubillar : La découverte glaçante des enquêteurs !

Publié par Lucie B le 15 Jan 2021 à 10:15

Mercredi 13 janvier, un message vide a été posté par le compte Facebook de Delphine Jubillar, sur un groupe de famille, avant d’être rapidement supprimé.

Delphine-Jubillar

À lire aussi :Affaire Delphine Jubillar : cette demande de sa famille qui interpelle beaucoup

Un message inattendu supprimé

C’est un événement que les proches de Delphine Jubillar n’avaient pas vu venir. Mercredi 13 janvier, sur un groupe Facebook dont faisait partie la mère de famille, un message vide a été posté par son compte. Ce mystérieux message a rapidement été supprimé mais une cousine de la disparue a eu le temps d’écrire « tu me manques » . Certains proches ont eu le temps de faire une capture d’écran et de prévenir les enquêteurs de la section de recherches de Toulouse.

Personne n’avait accès au compte de la mère de famille de 33 ans. Même son mari, Cédric Jubillar, ignorait son mot de passe. Cette information a été confirmée par Me Philippe Pressecq, l’avocat des proches qui se sont constitués partie civile, qui confie que ce message redonne un peu d’espoir à ses clients. « Ils veulent y croire, chaque jour apporte son lot d’incertitudes ».

Toujours pas de trace de Delphine Jubillar

Depuis la nuit du 15 au 16 décembre, jour de la disparition de l’infirmière de 33 ans, mère de deux enfants, Delphine Jubillar n’a plus donné signe de vie. Elle aurait quitté son domicile de Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, pour aller promener ses chiens. Le 23 décembre, le parquet de Toulouse a ouvert une information judiciaire pour « enlèvement, séquestration ou détention ».

Deux perquisitions ont eu lieu au domicile du couple, des objets ont été saisis et des analyses sont actuellement en cours. Concernant le message vide publié par le compte Facebook de la disparue, la piste d’un piratage n’est pas écartée.

Source : La Dépêche 

À lire aussi : Disparition de Delphine Jubillar : l’espoir d’une « issue heureuse » est en train de s’effacer !