Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Coronavirus : dans ce pays, des dizaines de cadavres gisent dans les rues

Publié par Manon CAPELLE le 07 Avr 2020 à 8:08

Les autorités équatoriennes sont dépassées par la crise sanitaire du coronavirus. Faute de moyens suffisants, les services funéraires de Guayaquil sont débordés. Des cadavres jonchent les rues, sans que les citoyens ne puissent intervenir.

équateur cadavres

>>> À lire aussi : Un artiste contemporain qui réalise des performances avec des couteaux… a glissé et c’est le drame !

Des dizaines de cadavres à même le sol

La deuxième ville de l’Équateur, Guayaquil, est sévèrement touchée par la pandémie de coronavirus. Des vidéos effroyables de cadavres dans les rues ont fait le tour de la planète sur les réseaux sociaux. En effet, les images montrent des personnes masquées s’effondrent dans les rues de la ville.

L’Équateur comptait, le 5 avril, 3646 personnes contaminées au Covid-19, dont 180 décès. La province de Guayas, où se situe Guayaquil, est celle qui a recensé le plus grand nombre en Équateur.

En milieu de semaine dernière, des policiers accompagnés de militaires sont venus enlever 150 corps qui gisaient dans des habitations. Ils sont intervenus en raison du chaos qui règne dorénavant sur la ville.

Des images édifiantes ont révélé l’ampleur de la crise des services funéraires en Équateur. Des vidéos montrant des cadavres incinérés dans les rues ont aussi été dévoilées sur les réseaux sociaux.

>>> À lire aussi : Coronavirus : une mère accouche de son premier enfant et quelques heures plus tard, l’impensable est arrivé

Les services funéraires sont débordés

Face à cette crise sanitaire, les services funéraires sont débordés par la mortalité croissante. D’ailleurs, la municipalité a annoncé que l’Association des fabricants de carton avait remis gratuitement plus de 1000 cercueils en carton à deux cimetières de la ville. 

Un porte-parole de la mairie de Guayaquil a expliqué : « C’est pour qu’ils puissent répondre à la demande de cercueils, car elle est très élevée, et il n’y en a plus en ville, ou bien ils sont très chers. »  Santiago Olivares, propriétaire d’une entreprise de pompes funèbres a indiqué : « J’ai vendu les 40 cercueils de ma succursale du centre-ville et 40 autres au siège. J’ai dû en commander 10 autres pour le week-end et ils sont déjà partis. »

>>> À lire aussi : Covid-19 : Disneyland Paris tente de se séparer de centaines d’intermittents du spectacle à moindres frais !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.