Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Viol, brûlures : Avec son compagnon, elle torture sa mère avant d’en finir…

Publié par Camille Lepeintre le 14 Jan 2022 à 8:31
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Une jeune femme de 24 ans, ainsi que son compagnon, sont jugés depuis ce lundi par la cour d’assises du Nord (à Douai) pour avoir perpétré le viol et le meurtre de sa mère. L’histoire est glaçante…

>>> À lire aussi : Le rappeur Koba LaD racketté et auteur de violentes représailles à Marseille : une enquête est ouverte

Quels sont les faits de ce meurtre ?

L’histoire remonte à la nuit du 28 juillet 2017, lorsque Marina P. alerte la police après avoir découvert le corps sans vie de sa mère. Si elle se persuade du suicide de sa mère, les autorités vont vite découvrir que la victime Catherine Dewyndt, alors âgée de 58 ans, a été tuée dans son studio à Roubaix deux jours avant leur venue, soit dans la nuit du 25 et 26 juillet.

Selon l’autopsie, la victime aurait vécu un véritable enfer… Son corps portait des traces de coups et de brûlures à l’eau bouillante. La victime serait morte asphyxiée en régurgitant, elle aurait également subi des sévices sexuels.

Une femme envoyé à la cour d'assises pour le meurtre de sa mère

La meurtrière, abusée sexuellement par sa mère

La fille de la victime, Marina P. a fini par avouer aux enquêteurs avoir agressé et torturé cette dernière. Elle a été placée en garde à vue peu de temps après les faits, à cause de son emploi du temps qui n’était pas cohérent avec ce qu’elle disait aux forces de police.

Elle s’est expliquée sur ses actes en évoquant sa soif de vengeance à l’encontre de sa mère qui aurait sexuellement abusé d’elle durant son enfance. La Voix du Nord, a en effet précisé que Marina P. a été retirée à ses parents à l’âge de 18 mois à cause de leur dépendance à l’alcool. Elle a ensuite été placée en famille d’accueil et en foyer.

Marina P. ne serait cependant pas seule dans cette affaire. Sullivan V., son compagnon, avait lui aussi été interpellé. Si elle cherche d’abord à le dédouaner, elle n’hésite pas ensuite à l’accuser comme étant le commanditaire de l’agression et l’auteur des viols. Si elle affirme avoir agi sous son emprise, ce dernier clame pourtant son innocence dans le meurtre de sa mère.

>>> À lire aussi : Un professeur frappe violemment un élève : les images sont choquantes !

close

Inscrivez vous à la Newsletter gratuite du TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.