Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Un gardien de prison vend la clé d’une cellule, plusieurs détenues violées

Publié par Gabrielle Nourry le 30 Juil 2022 à 8:40
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Un gardien d’une prison américaine a vendu les clés de cellules de détenues féminines à des hommes. Des détenus masculins ont alors agressé et violé une vingtaine de femmes. Plusieurs plaintes ont été déposées pour les faits qui remontent à octobre 2021.

Un gardien de prison a vendu l’accès au dortoir féminin

Les faits remontent au 23 octobre 2021. 28 femmes détenues d’une prison américaine disent avoir vécu « une nuit de terreur » . Cette nuit-là, plusieurs détenus masculins de la prison du comté de Clark (Indiana) s’introduisent dans le quartier réservé aux femmes. C’est ce que révèlent deux plaintes déposées récemment.

Les détenus avaient couvert leur visage avec des serviettes et des draps. Ils ont « menacé, harcelé, intimidé, agressé » les femmes pendant plusieurs heures. D’après les avocats des victimes, au moins deux d’entre elles auraient été violées. Mais comment cela a-t-il pu se produire ?

Les prisonniers auraient obtenu la clé des dortoirs féminins auprès d’un gardien, un certain David Lowe. Huit détenues ont déposé plainte. L’une d’elles accuse le surveillant pénitentiaire d’avoir reçu 1000 dollars en échange de la clé.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Personne n’est venu en aide aux détenues

Malgré les appels à l’aide des détenues, aucun garde de la prison n’est intervenu. « Curieusement, malgré la présence de caméras de surveillance, pas un seul des agents de garde cette nuit-là n’est venu en aide » , révèlent les plaintes. Les prisonnières auraient même été punies.

Après le départ des hommes, un gardien a privé les détenues de leur « droit au noir ». Les lumières sont donc restées allumées pendant 72 heures. De nombreux effets personnels leur ont également été confisqués. Les victimes réclament des dommages et intérêts pour « la violation de leurs droits civiques » .

Le gardien mis en cause a été suspendu et inculpé par la justice pour « manquement à sa fonction » et « entente avec un détenu » . Cette affaire n’est malheureusement pas un cas isolé aux États-Unis où la population carcérale est la plus importante au monde.