Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Food

A cause de la pénurie de pommes de terre, il faudra peut-être dire adieu à la raclette

Publié par Céline le 04 Sep 2022 à 13:32
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En France, de nombreuses productions de pommes de terre sont touchées par la sécheresse. Moins nombreuses, ces dernières ont également un calibre inférieur à la moyenne habituelle. Ce qui annonce une très mauvaise nouvelle pour votre porte-monnaie.

Sécheresse : une année catastrophique pour l’agriculture !

Cette année, suite aux nombreux épisodes de sécheresse, la récolte de pommes de terre sera « catastrophique ». C’est en tout cas ce qu’assurent l’ensemble des producteurs. Selon eux, le nombre de féculents récoltés sera en recul d’au moins 20 % si on le compare à la moyenne des vingt dernières années.

L’Union nationale des producteurs de pommes de terre est d’ailleurs très pessimiste. En effet, il redoute « la plus mauvaise récolte enregistrée depuis 2000 ». Ce qui représente une perte de « 200 millions d’euros » selon ses premières estimations. L’union a donc demandé au Ministre de l’Agriculture, une « réunion d’urgence » afin de réfléchir à des mesures d’aides immédiates.

En 2021, le pays a produit environ 8 millions de tonnes de pomme de terre, réalisant ainsi un chiffre d’affaires de près de 4 milliards d’euros. Cette année, les pertes seraient d’ores et déjà évaluées à 1,5 million de tonnes. 

Sécheresse Mauvaise nouvelle pour votre porte-monnaie, la récolte de pomme de terre sera catastrophique cette année

Pixabay

Vers une augmentation des prix ?

L’UNPT demande donc à l’Etat, afin de garantir la pérennité économique des exploitations, mais aussi d’assurer les plantations en 2023, plusieurs mesures. La première est « la revalorisation des prix payés aux producteurs ». Et la seconde, « l’assouplissement contractuel des volumes engagés qui sont finalement non livrés ».

Autre mauvaise nouvelle cette fois pour le consommateur, les prix risquent de grimper. En effet, comme l’indique Geoffroy d’Evry :

«Il va y avoir une réévaluation des tarifs. […] mais afin d’éviter qu’elle ne soit trop importante pour le consommateur, il est nécessaire qu’il y ait une meilleure répartition dans la chaîne de la valeur. […] Actuellement, 20% vont au producteur, et 50% vont au distributeur. »

Autant dire que les raclettes hivernales risquent de ne pas avoir la même saveur…

0