Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Humour

Débat d’entre-deux-tours : après la « poudre de perlimpimpim », Emmanuel Macron se trouve de nouvelles expressions

Publié par Camille Lepeintre le 21 Avr 2022 à 12:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Hier soir avait lieu le traditionnel débat de l’entre-deux-tours entre le président sortant Emmanuel Macron et Marine Le Pen, présidente du parti du Rassemblement National. De nouveau adversaires après l’élection de 2017, l’actuel président s’est montré hilarant en interpellant les internautes avec de nouvelles expressions.

La suite après cette publicité
Emmanuel Macron et ses expressions

Les expressions fortes d’Emmanuel Macron en 2017

Rappelez-vous en 2017, Emmanuel Macron encore assez discret sur la scène de la politique française, affrontait Marine Le Pen lors du débat de l’entre-deux-tours. Une séquence qui avait duré plus de 2h30 et qui avait été plus qu’houleuse et inaudible pour les internautes. Et pour cause, les deux candidats très remontés se sont lancés des tacles tout du long. L’ancien ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique de François Hollande, avait notamment fait part de son bagage littéraire en dévoilant des expressions loufoques et sorties de nulle part.

On retient l’expression devenue culte « poudre de perlimpinpin » : « Ce que vous proposez comme d’habitude, c’est de la poudre de perlimpinpin » , avait-il ainsi lancé à l’encontre de Marine Le Pen, qui dès le début de ce nouveau débat a fait une bourde. Toujours dans le même état d’esprit, Emmanuel Macron avait déclaré faire du « saut de cabri » , en expliquant qu’il ne faisait pas les choses avec légèreté, sans approfondir : « J’ai un projet sérieux, qui n’est pas du saut de cabri » . Enfin, le terme « galimatias » a lui aussi beaucoup fait rire. Il reprochait alors le discours confus de sa rivale : « Vous répondez sur Monsieur Trump et Monsieur Poutine ? Là, c’est vraiment un galimatias » .

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

« Ripoliner », « Finito », « Gérard Majax »

Emmanuel Macron n’était pas en manque d’idée hier soir. Pour rivaliser avec son allocution de 2017, celui qui a été jugé condescendant a été fort en proposition. Il a d’abord parlé de « ripoliner la façade » . Cette expression renvoie à une célèbre marque de peinture française, Ripolin, très utilisée au début du 20e siècle. Pour le coup le verbe « Ripoler » existe déjà et se définit dans le dictionnaire comme : « donner à quelque chose l’apparence, souvent trompeuse, du neuf » .

La suite après cette publicité

Autre référence, celle à Gérard Majax, un illusionniste français très connu dans les années 1970 à 1990 : « C’est pas Gérard Majax ce soir, Madame Le Pen. On parle de vies derrière » , il a voulu expliquer qu’un tour de magie n’était pas envisageable lorsqu’il s’agissait d’économie. Enfin, les internautes retiendront le « « Finito » du président. Un terme qui signifie l’arrêté d’un compte en comptabilité. Assez surprenant dans la bouche d’un politicien mais venant d’Emmanuel Macron, qui remonte dans les sondages, plus rien ne l’arrête !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.