Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Vivant grâce au RSA, il roule en Porsche Panamera… ça tourne mal !

Publié par Justine le 16 Mar 2021 à 14:22

Lors d’un contrôle de police, un conducteur de Porsche Panamera de 36 ans intrigue les forces de l’ordre. En fouillant un peu, ces derniers découvrent qu’il vit grâce au RSA et est donc dans l’impossibilité de s’offrir un tel bolide. Ce n’est pas tout !

Il touche le RSA et roule en Porsche

>>> À lire aussi : Son sang ne fait qu’un tour lorsqu’il découvre ce qu’ils ont fait à sa Porsche Panamera sur le parking !

Il touche le RSA et roule en Porsche Panamera

Tout s’effondre lors d’un contrôle de police sur un parking de Quimperlé dans le Finistère. Fier comme un paon dans sa Porsche Panamera, le conducteur de 36 ans cache en réalité une vaste escroquerie. En effet, les forces de l’ordre ont découvert qu’il n’a pas de travail et vit grâce au RSA, autrement dit, il reçoit l’équivalent de 480 € par mois. Avec cette somme d’argent, il est tout bonnement impossible de vivre et s’acheter un tel bolide !

Placé en détention provisoire pour escroquerie et trafic, le conducteur assure ne pas être le propriétaire de la voiture de sport avant d’affirmer l’avoir acheté pour 15 000 € grâce à ses économies. Une affirmation qui sème le doute, puisque le chauffard roule avec de fausses plaques d’immatriculation et sans assurance…

>>> À lire aussi : Porsche : le pire relooking que vous pourrez trouver ! Ça devrait être interdit…

Impossible de se payer ce bolide avec le RSA

Suite à sa convocation au tribunal, son éligibilité au RSA et l’ensemble de ces éléments, l’homme est accusé d’activité et de vente illicite de véhicules. En effet, la Procureure de la République, Béatrice Nectoux affirme : « Mais il exerce une activité illicite de vente et d’achat de voitures. Or, ce modèle vaut 50 000 euros d’occasion et 100 000 euros, neuf », relate Actu.fr.

D’autant plus que son casier judiciaire est bien garni ! Le trentenaire possède 18 mentions, dont 4 pour trafic de stupéfiants. Des éléments qui ne cessent d’apparaître et qui ont convaincu le tribunal. Le juge l’a condamné à 2 ans de prison ferme pour ces actes.

>>> À lire aussi : Une prison doit changer toutes les serrures à cause d’une photo envoyée par un stagiaire

Source : Turbo