Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Science

Combien de temps bouge un corps humain après un décès ? Vous pourriez être surpris !

Publié par Manon CAPELLE le 12 Jan 2021 à 5:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alyson Wilson, une chercheuse australienne, a dévoilé une étonnante découverte. Le corps continuerait de bouger durant encore un an après la mort. La criminologie pourrait faire un énorme bond en avant grâce à cette étude.

Publicité
après mort corps bouger un an

>>> À lire aussi : Covid-19 : un patch vaccin est en cours de développement

Le corps bouge encore durant un an après la mort

Cette chercheuse australienne a fait une étonnante découverte. Après le décès d’une personne, son corps passe par un processus de décomposition. Alors, durant 17 mois, Alyson Wilson a observé le corps de 70 personnes décédées. Ainsi, elle les a filmés pour réaliser une vidéo en time-lapse.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité

Avec cette vidéo, la chercheuse en criminologie à la Central Queensland University a découvert que les corps continuaient de bouger durant encore un an, après la mort. Des mouvements sont observables, comme les bras qui sont le long du corps et qui se retrouvent peu à peu sur le côté. Parfois, les bras retrouvent même leur place initiale après le mouvement.

>>> À lire aussi : Coronavirus : ce pays a bientôt atteint l’immunité collective !

La décomposition à l’origine de cette « danse des morts »

Publicité

D’après les chercheurs, les mouvements observés seraient dus à la décomposition. Appelé « danse des morts », ce phénomène du corps est fait grâce à un assèchement des ligaments et également aux relâchements de gaz et l’apparition de multiples insectes. 

La chercheuse espère que cette étude permettra d’aider à mieux estimer l’heure du décès avec une plus haute précision. En effet, cela permettra de limiter le nombre de personnes disparues, notamment en raison du nombre élevé de cadavres non identifiés.

De plus, cette étude permet d’observer la décomposition et comment elle peut influer sur la position du corps humain. Ainsi, de réduire le nombre de mauvaises interprétations sur une scène de crime.

Publicité

>>> À lire aussi : Coronavirus : un concert-test avec 463 personnes a eu lieu pour savoir si c’était risqué… et les résultats sont sans appel

Source : Maxisciences 

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Abonnez vous à la Newsletter TDN