Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Ces secrets bien gardés que les employés des pompes funèbres ne vous révéleront jamais

Publié par Claire JONNIER le 02 Fév 2021 à 18:28
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Enterrer un défunt est une étape douloureuse dont l’organisation revient souvent aux pompes funèbres. Un métier mal connu et qui pourtant, suscite de nombreux fantasmes. Sauf qu’effectivement, c’est un métier dont certains secrets restent bien gardés et qui risquent de vous surprendre !

À lire aussi : Mort de Véronique Duchesne : un meurtre non résolu qui refait surface 10 ans plus tard !

Pompes funèbres : les anecdotes du métier

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Tous les secteurs d’activité ont leurs petites anecdotes ! On pense évidemment aux gynécologues, à tout le personnel des boîtes de nuit, mais aussi, aux pompes funèbres ! Car même si les circonstances sont tragiques pour les vivants, les croque-morts, eux, ont l’habitude de travailler avec les cadavres.

Ils ont d’ailleurs pas mal de petits secrets bien gardés dont voici quelques exemples… Le premier secret bien gardé des pompes funèbres, c’est le massage de la personne décédée… En effet, il faut savoir qu’une fois mort, le corps se raidit irrémédiablement. Alors pour qu’il ait une apparence présentable lors de l’enterrement, l’embaumeur n’hésite pas à masser le corps pour que les fluides se répartissent de façon homogène dans le corps.

les-secrets-bien-gardes-pompes-funebres

Le maquillage des morts : le meilleur comme le pire !

Mais les pompes funèbres sont aussi les garants de la bonne présentation du défunt. Voilà pourquoi, il n’est pas rare qu’ils collent la bouche et les yeux du mort pour éviter aux muqueuses de se désagréger. De même, il faut savoir qu’habiller un cadavre est loin d’être une chose facile. D’ailleurs, il leur arrive parfois de déchirer l’arrière d’une chemise pour parvenir au résultat souhaité.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Au rayon des petites pratiques beaucoup plus glauques, il faut d’abord savoir que les morts ne sont pas silencieux. En effet, lorsque les tissus se décomposent, ils produisent des gaz. Dans la version glamour, on retiendra le feu follet dans les cimetières, alors que pour le dire beaucoup plus crûment, les morts ont tendance à péter… Enfin, âmes sensibles s’abstenir ! Les pompes funèbres sont parfois obligées de briser les os des défunts pour les faire rentrer dans les cercueils. C’est notamment le cas au niveau des omoplates ou des doigts !

À lire aussi : Elle décède dans l’indifférence, son cadavre retrouvé plusieurs mois plus tard !