Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

140 000 virus se baladent dans cette partie de votre corps : est-ce dangereux ?

Publié par Noémie Penot le 06 Mar 2021 à 19:30

Plus de 140 00 virus dits bactériophages ont été identifiés dans l’intestin de l’Homme. Tous ne sont pas nuisibles, et ceux-là participent même à la bonne santé de notre corps.

Intestin

À lire aussi : Coronavirus : les personnes âgées enfin hors de danger ?

Ces 140 000 virus ont toujours été présents dans notre intestin

Les virus, on ne les aime pas. Encore plus depuis un an, quand la pandémie mondiale de Covid-19 a commencé. Un an que le SARS-CoV-2, et depuis quelques mois ses variants, monopolisent en partie l’actualité médicale. Mais il existe d’autres virus qui eux n’ont pas besoin de se faire craindre et détester ! Heureusement, puisqu’ils sont déjà présents en nous, et notamment dans notre intestin.

La revue Cell a publié une étude le 18 février qui révèle la présence de plus de 140 000 espèces virales, dont la moitié est encore inconnue de la science. Le biochimiste Alexandre Almeida, de l’Institut de bioinformatique du laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL-EBI) et du Centre Sanger en Angleterre a expliqué dans un communiqué que ces échantillons provenaient de personnes en bonne santé. « C’est fascinant de voir combien d’espèces inconnues vivent dans notre intestin et d’essayer de démêler le lien entre elles et la santé humaine » , a-t-il confié.

Des virus indispensables

Les 142 809 espèces virales qui résideraient dans l’intestin humain ont été recensées grâce à deux analyses. 28 000 métagénomes individuels (séquençage d’ADN d’échantillons de microbiome intestinal) collectés partout dans le monde et 2 900 génomes de bactéries intestinales cultivés ont permis d’identifier ces espèces virales, qui s’appellent des virus bactériophages, donc infectant les bactéries.

Notre flore intestinale a besoin de ces virus bactériophages. Ils jouent un rôle important dans le ventre.  Ils servent à réguler la santé. Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, les allergies, et l’obésité peuvent être évitées grâce à eux. « Il est important de se rappeler que tous les virus ne sont pas nocifs, mais qu’ils font partie intégrante de l’écosystème intestinal » , affirme une étude appelée Gut Phage Database (GPD). « La plupart des virus que nous avons trouvés ont de l’ADN comme matériel génétique, qui est différent des agents pathogènes que la plupart des gens connaissent, comme le SARS-CoV-2 » . Vraiment pas de quoi s’inquiéter. Le microbiologiste Trevor Lawley, du centre Sanger de Londres, est lui très enthousiaste face à ces nouvelles identifications : « La recherche sur les bactériophages connaît actuellement une renaissance » .

Source : Gentside 

À lire aussi : En Amazonie, le dernier membre d’une tribu indigène décède du Coronavirus