Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Le saviez-vous ?

Pablo Escobar avait-il des enfants ?

Publié par Sabine le 03 Oct 2021 à 7:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Il y a des héritages qui sont lourds à porter ! Pour les enfants de Pablo Escobar, poursuivre la lignée d’un des plus grands narcotrafiquants internationaux a sans doute été un lourd fardeau. Si El Patron comme on le surnommait était un père aimant, sa mort a rebattu les cartes et ses enfants ont eu besoin de se démarquer du legs sulfureux de leur géniteur. Qui sont-ils et que sont-ils devenus ? Faisons connaissance avec des enfants frappés par le destin.

pablo escobar

La vie mouvementée de Pablo Escobar

C’est peu de le dire, la vie de Pablo Escobar, baron de la drogue en Colombie a alimenté de nombreuses gazettes et des films inspirés de ses frasques illuminent régulièrement les écrans. Ils sont au moins 6 à revenir sur cette vie trépidante qui a conduit ce jeune homme né à Rionégro, en Colombie en 1949, à devenir un des hommes les plus riches de son époque.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

On peut citer la série Narcos sur Netflix qui a connu un succès retentissant, mais d’autres films interprétés par les plus grands acteurs comme Johnny Depp dans Blow, Paradise Lost avec Benicio Del Toro dans la peau d’El Patron ou encore Javier Bardem dans Loving Pablo. Chacune de ces fictions apporte un éclairage particulier sur ce personnage sans scrupules, mais également au grand cœur. Ce sont sans doute ses contradictions qui le rendent si humain et finalement si attachant.

C’est dans son dernier opus que le réalisateur décide de s’intéresser à la vie amoureuse de Pablo Escobar et de le mettre en scène, déchiré entre sa vie de famille et son attirance pour une journaliste incarnée par Pénélope Cruz. Ses enfants, au milieu de ce monde d’apparences fausses ont-ils pu devenir des adultes équilibrés ?

Deux enfants avec Maria

Alors âgé de 27 ans, Pablo tombe amoureux de Maria Victoria Henao qui n’a que 15 ans. Cette passion est déjà source de romantisme, car ils sont obligés de fuir. En effet, les parents de Maria refusent cette union avec un homme qui leur est socialement inférieur. La suite leur démontrera le contraire.

Ils vont donc avoir deux enfants : Juan Pablo né en 1977 et Manuela née en avril 1985. Entretemps, le trafiquant de drogue a connu d’autres liaisons et peut-être des enfants illégitimes sont-ils nés. Néanmoins, ces deux enfants sont les seuls qu’ils aient reconnus de son vivant.

Une mort au plus haut !

On sait que la mort prématurée et spectaculaire d’El Patron à l’âge de 44 ans a fortement impressionné. Alors qu’il était acculé à Medellín, son fief, il est encerclé par des membres du bloc de recherche qui le traquent depuis des années, il s’enfuit par les toits avec son garde du corps et tous deux sont abattus.

Seul point discordant, cette balle dans l’oreille que personne ne peut revendiquer. La légende veut que le patron de la drogue se soit suicidé. Il avait laissé entendre à ses proches que, s’il se retrouvait dans une situation critique, il se tirerait une balle dans la tête. Cette mort violente a causé des conséquences malheureuses pour ses enfants.

Un départ précipité

La veuve de Pablo Escobar a donc été dans l’urgence de trouver un autre pays d’accueil. La chose n’était pas aisée, car le caïd n’avait pas que des amis et surtout, son immense fortune, évaluée à trois milliards de dollars en 1989 a suscité des jalousies. Maria est donc contrainte de s’exiler en Argentine.

Elle va évidemment adopter un autre patronyme et se fait appeler Maria Isabel Santos Caballero. Elle va pouvoir mener une existence paisible. Néanmoins, elle sera sans faste, car celle qui a partagé la vie d’un milliardaire se retrouve dans la nécessité.

Quant à ses enfants, Juan va devenir Sebastian Marroquin et Manuela va désormais se prénommer Juana. Elle a conservé le nom de son père, mais elle évite les médias. On sait finalement très peu de choses sur cette fille qui avait seulement huit ans lors du décès de son père.

Sebastian Marroquin, fils de Pablo Escobar, un enfant doué et aimant

Quant à son fils, il a tout d’abord et comme de nombreux adolescents, été en conflit ouvert avec son père. La fiction Loving Pablo, retrace bien ces moments d’opposition. Il avait 16 ans quand celui-ci est mort et donc toutes les options lui étaient offertes. Loin de suivre les traces de son père narcotrafiquant, il s’est engagé dans une carrière d’architecte, peut-être influencé par les villas fastueuses dans lesquelles il avait vécu enfant. En 2014, il publie un livre au titre épuré à la mémoire de son père : « Pablo Escobar, mon père ».

Il y retrace les moments de partage et rappelle l’affection de son père pour ses enfants. Cet écrit a connu un grand succès qui a sans doute relancé l’intérêt de l’opinion publique pour son géniteur. Il a effectué un retour au pays pour y demander pardon en 2008. Il cherche à faire oublier les actions terribles de son père. C’est apparemment un bon fils, équilibré et bien loin du trafic de drogue.

0