Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Lifestyle

« Une balle dans la tête direct » : une jeune femme de 24 ans se confie sur son addiction au crack

Publié par FJ le 11 Nov 2021 à 10:55
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce lundi 8 novembre 2021, la chaîne BFM TV diffusait un terrible reportage sur une drogue qui devient un véritable fléau dans la capitale, le crack. Dans Crack, l’enfer de la drogue, Inasse, une jeune femme de 24 ans accro depuis 5 ans a fait de terribles confidences sur son addiction et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces dernières font froid dans le dos. Découvrez la séquence dans la vidéo ci-dessous : 


>>> À lire aussi : Un enfant de deux ans agressé par une toxicomane : il aurait pu perdre un oeil

Une drogue qui prend de plus en plus de place

Depuis quelques années maintenant, la ville de Paris est touchée par le crack. Cette drogue prend de plus en plus d’ampleur dans les rues de Paris à tel point que la mairie de Paris a du mal à gérer les « crackheads ».

En effet, ces derniers s’entassaient depuis plusieurs années à la porte de La Chapelle sur ce qu’on appelle tristement La colline du crack. Mais avec l’arrivée des Jeux Olympiques à Paris et le centre sportif qui va s’installer juste à côté, la mairie de Paris a décidé de barricader ce lieu. Ces derniers se retrouvent désormais tous au jardin d’Éole, une situation qui devient compliquée pour les riverains.

>>> À lire aussi : Un prêtre vole l’argent de sa paroisse et organise des orgies sous GHB

Inasse se confie

Pour tenter de comprendre ce qui peut pousser une personne à tomber dans l’enfer du crack, BFM TV a dévoilé ce lundi 8 novembre 2021 un documentaire exceptionnel Crack, l’enfer de la drogue. 

Les journalistes ont rencontré Inasse, une jeune femme de 24 ans accro depuis 5 ans maintenant. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces confidences font froid dans le dos.

« Le crack monte directement au cerveau. Cela ne dure que quelques secondes. C’est une balle dans la tête direct ». Elle s’explique ensuite sur les nombreuses cicatrices sur son visage : « Après avoir fumé, on pense soit qu’on a des boutons qui n’existent pas, soit des bêtes qui sont sur nous. On peut aller jusqu’à s’arracher la peau. C’est très violent. »

>>> À lire aussi : Le maire de Toronto filmé en train de prendre du crack

close

Inscrivez vous à la Newsletter gratuite du TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.