Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Drogue, hôpital psychiatrique, dépression : ces choses que vous ne savez pas sur la géniale Blanche Gardin (vidéo)

Publié par Jade le 06 Nov 2019 à 14:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Blanche Gardin est depuis quelques temps, une humoriste à ne pas manquer. Après son premier spectacle « Je parle toute seule » , l’humoriste a été récompensée pour la seconde année consécutive par un Molière avec son nouveau One-Woman-Show : « Bonne nuit Blanche » .

Publicité

À l’aube de ses 40 ans, l’humoriste aborde des sujets très variés sur un ton particulier qui fait mouche. Lors de ses spectacles, l’humoriste s’adonne à une introspection drôle et pertinente imagée par des anecdotes vécues.

Mais connaissez-vous vraiment le passé de la jeune femme avant de monter sur les planches ? Voici les quelques anecdotes de l’humoriste qui pourrait bien vous surprendre…

Publicité

Une humoriste aux multiples facettes

Blanche Gardin née le 3 avril 1977 dans une famille très intello d’Asnières-sur-Seine en banlieue parisienne. À 17 ans, alors qu’elle est une « grosse fumeuse de shit », elle quitte le lycée est fugue avec une amie. Elles décident de faire un tour de l’Europe pendant 9 mois et terminent leur périple à Naples. Entourée de ses « potes punks à chiens sous LSD » , elle gagne sa vie en faisant la manche. Mais c’est après la mort tragique par overdose de son petit-ami, elle décide de rentrer en France. Elle décide de reprendre le cours de sa vie et se décide à passer son BAC.

L’humoriste a étudié à Nanterre, la sociologie. Elle passe une maîtrise et un DEA et s’interroge sur « l’incorporation de la culture policière ». Pour répondre au mieux à son sujet de thèse, elle se fait embaucher pendant plusieurs mois dans les forces de police. Par la suite, elle devient éducatrice spécialisée. Mais elle ne s’épanouit pas dans ce milieu. C’est à 25 ans que la jeune femme connait une descente aux Enfers. Elle perd son père d’un cancer foudroyant. Et essuie de nombreux échecs sentimentaux. Anéantie par sa dernière relation, elle passera plus de 6 semaines en hôpital psychiatrique

Publicité

Crédit : Télérama

>>> À lire aussi : Kev Adams : l’humoriste se moque de sa relation avec Iris Mittenaere

Sauvée par les planches

Alors qu’elle combat une grave dépression, son médecin lui conseille de se tourner vers l’écriture pour extérioriser sa douleur. C’est alors qu’elle crée son premier One-Woman-Show et se fait repérer par Jamel Debbouze en 2006. Elle passera 3 ans avec la troupe. En parallèle, la jeune humoriste présente Ligne Blanche sur la chaîne Comédie. On la retrouve aussi dans les séries comme Bref ou WorkinGirls sur Canal +. Elle participe également à de nombreux projets en tant que scénariste comme le « Problemos » qu’elle a co-écrit.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Publicité

Sous ses cheveux bien peignés et ses robes trop vintage sur les bords, l’humoriste cache un personnage « cru mais pas trash » . Blanche Gardin est capable de vous parler, totalement stoïque, de la fellation ou de la sodomie dans diverses situations, souvent hilarantes. Pendant près de 2 h, la jeune femme passe ainsi en revue les petits travers de la société. Elle s’interroge également sur des thèmes tels que la solitude, la mort, les relations amoureuses, l’écologie, le réchauffement climatique, les gilets jaunes et la politique. L’humoriste a quand même pris le soin d’interdire son premier spectacle « Je parle toute seule » aux moins de 16 ans…

La jeune femme lutte encore contre ses névroses, qu’elle exploite intelligemment dans ses mises en scène.

Ses spectacles sont à voir et à revoir sans prescription !

Publicité

>>> À lire aussi : Un humoriste décède sur scène en plein show et son public … rigole !