Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Didier Bourdon père d’enfants métis : « Je ne veux surtout pas qu’Assa Traoré soit un exemple »

Publié par Lucas le 30 Juin 2021 à 7:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce n’est pas un rôle dans lequel nous avons l’habitude de le voir. Et pour cause. Didier Bourdon s’est récemment confié au Figaro Magazine sur un sujet qui, finalement, le touche particulièrement de prêt : la lutte contre le racisme. En effet, ses deux filles, métisses, grandissent actuellement dans un climat racial, en France, qui ne cesse d’être au cœur de violences, qu’elles soient verbales ou physiques.

Questionné sur le cas d’Assa Traoré, Didier Bourdon n’a pas hésité à répondre cash : « Je ne veux surtout pas qu’elle soit un exemple pour elles » .

>>> A lire aussi : Assa Traoré : un drame se produit juste avant son procès

Didier Bourdon cash envers Assa Traoré

C’est un sujet sur lequel on ne l’attendait pas. Et pourtant, Didier Bourdon n’a pas hésité à nous surprendre. Dans une récente interview donnée au Figaro Magazine, l’ex-icône des Inconnus s’est confié sur le climat racial et la lutte antiraciste en France. Et il n’a pas manqué d’être cash vis-à-vis d’un des symboles de ce combat : Assa Traoré.

« Je vois Assa Traoré en couverture de certains journaux, et je ne veux surtout pas qu’elle soit un exemple pour eux, même s’il y a peu de chances que ça arrive » , explique alors Didier Bourdon, au sujet de ses enfants, et qui considère que, de nos jours, la haine semble se faire de plus en plus imposante.

didier bourdon assa traore antiraciste

>>> A lire aussi : Une enseignante affirme que la cuisine française est raciste

Une France pleine de haine

Pour Didier Bourdon, visiblement nostalgique des années 80 et 90 dans lesquelles il considère que les sujets étaient pris avec beaucoup plus de légèreté, la société française actuelle présente un problème bien précis.

« Ce qui me frappe, c’est la haine, amplifiée par les réseaux sociaux. Quand j’étais jeune, c’était les « babas cool » . C’était mieux que la haine et la délation des anonymes cachés derrière leurs écrans » , finit-il par conclure. Décidément, quelle ambiance !

>>> A lire aussi :« Sale négresse, sale noire » une cliente profère de violentes insultes racistes sur une caissière d’un supermarché Carrefour (Vidéo)