Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Guy Bedos : ce jour où il en est venu aux mains avec son fils Nicolas Bedos

Publié par Claire JONNIER le 02 Juin 2020 à 11:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La mort de Guy Bedos marque toute une génération. Alors, quelques jours seulement après son décès, c’est France 5 qui décide de publier un documentaire sur l’humoriste. Un documentaire qui retrace sa vie, avec notamment sa vie de famille où il se confie sur ce moment particulier où il dérape physiquement avec son fils Nicolas Bedos.

La suite après cette publicité

>> À lire aussi : Héritage de Guy Bedos : l’humoriste était-il riche ou ruiné ?

Guy Bedos : retour sur la vie de l’humoriste

La suite après cette vidéo

Dimanche 31 mai, France 5 diffuse un documentaire sur Guy Bedos. Baptisé « Un rire de résistance », il retrace la vie de l’humoriste avec sa carrière et surtout, sa vie de famille. Car à côté de la scène, l’acteur a tout de même été marié trois fois dans sa vie avec quatre beaux enfants dont il est toujours resté proche.

La suite après cette publicité

À l’exception peut-être de Philippe, son fils adoptif et issu de son second mariage avec Sophie Daumier. Ce fut l’un des épisodes les plus marquants de sa vie puisque malheureusement, le jeune homme décède de la maladie d’Huntington. Quant à l’autre épisode marquant, c’est ce jour où il en vient aux mains avec son fils, Nicolas Bedos.

>> À lire aussi : Michel Drucker au plus mal : il ne peut pas parler…

Il en vient aux mains avec son fils

La suite après cette publicité

Loin d’être violent, Guy Bedos en vient pourtant aux mains avec son fils ce jour-là. À l’époque, Nicolas est un adolescent et fait littéralement sortir son père de ses gonds. « Je suis un pur résilient. Je n’ai jamais battu mes enfants. Juste une fois, pour de vrai, mon fils Nicolas, au plus fort de sa crise d’adolescence, des imprudences des folies qui font peur aux parents… Je lui suis rentré dedans, d’homme à homme. »

Une confession qui en ouvre une autre sur son enfance. « Ma mère, c’était taper pour taper, se venger sur un otage inoffensif… Je me souviens comme d’une brûlure de cette rouste reçue devant une jeune voisine, petite fiancée de fiction, doublement blessé. Elle, ma génitrice, ce n’était pas une résiliente. C’est bien plus tard que j’ai appris que sa mère à elle, Joséphine Sanches, ma grand-mère alcoolique, la tabassait aussi assez volontiers. Ma mère à moi ne buvait pas. Elle avait cette supériorité sur la sienne de pouvoir être méchante à jeun… Et pourtant, je l’aimais. »

Source : Femme Actuelle

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.