Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

« Haine des riches », Roselyne Bachelot se lâche sur l’affaire Palmade

Publié par Léa Lecuyer le 27 Fév 2023 à 12:05

Ce dimanche 26 février 2023, sur le plateau de BFMTV, Roselyne Bachelot s’est de nouveau exprimée sur l’affaire Pierre Palmade. L’ex-ministre de la Culture déplore « l’écho médiatique » engendré par le sujet.

À lire aussi : Pierre Palmade : son amie de toujours Michèle Laroque prend une décision radicale

La décision du placement de Pierre Palmade en détention provisoire pour « homicide et blessures involontaires » devrait être connue ce lundi 27 février. Mais on ne sait pas encore si son état de santé va rendre possible le jugement de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris. L’acteur a, en effet, été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC), samedi dernier dans la soirée. Transféré à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre selon Le Parisien, son pronostic vital n’est pas engagé.

Mais alors que les proches de Pierre Palmade s’éloignent toujours plus de l’acteur, certaines personnalités jouent sur la défensive. Roselyne Bachelot était déjà sortie du silence concernant l’affaire Pierre Palmade. La chroniqueuse télé a réitéré l’action, ce dimanche 26 février, sur le plateau de BFMTV. Cette dernière n’était d’ailleurs pas en reste vis-à-vis d’une grande partie des Français. Plus particulièrement envers les internautes qui réagissent régulièrement sur l’accident survenu le 10 février. « La première réaction quand on rencontre des copains, ah ah ah, l’affaire Palmade on en parle trop », a-t-elle notamment déclaré avant d’ajouter : « évidemment le dîner tourne autour de cela, c’est le bal des hypocrites ».

À lire aussi : Muriel Robin coupe les ponts avec Pierre Palmade : « elle le voit comme un assassin »

Une « société française traversée par une sorte de haine des riches »

Roselyne Bachelot évoque son propre constat. Ainsi « l’aspect people » et « le feuillotonnage aussi créent du buzz dans l’opinion publique ». Ce premier point est bien sûr justifié. Mais la suite de ces propos reste moins bien éclairée. « Qu’est-ce que ça nous dit ? Ça nous dit d’abord que notre société française est traversée par une sorte de haine des riches », affirme-t-elle. Selon cette dernière, « chaque fois qu’il y a ce genre d’affaires people, derrière, par définition, le riche est quelqu’un de mauvais qui non seulement vole les pauvres mais leur veut du mal ».

Rappelons cependant la chronologie des faits. Au début de l’accident, lorsque la dimension de l’addiction ne s’était pas étendue sur le domaine du chemsex, beaucoup ont eu tendance à mettre en avant l’auto-prise en charge du comédien à travers des cures de désintox qui ont apparemment toutes échouées. La célébrité de Pierre Palmade a bien évidemment aidé à minimiser les faits. La culpabilité était déplacée sur son addiction incontrôlable, la maladie était mise en avant. Il n’y a qu’à entendre le discours de Benjamin Castaldi ou encore Jean-Marie Bigard expliquant que ses amis « lui ont tous dit effectivement qu’il fallait qu’il se soigne mais quand il était sobre, il était conscient qu’il fallait qu’il le fasse« .

C’est après avoir levé le voile sur la façon dont il mêlait son homosexualité avec la drogue que le traitement médiatique a changé. Malgré certains progrès, cette orientation sexuelle est comprise encore et toujours comme une déviance au sein de la société.

Pierre Palmade

Se pencher davantage sur le traitement médiatique

Pour Roselyne Bachelot, ce feuillotonnage agirait en « résonance avec tout ce qu’il se passe avec la haine des milliardaires, la haine des gens qui ont de l’argent. Tout ça c’est quelque chose de très incrusté dans la société française. » Cette fois-ci, il faudrait se poser la question de l’appartenance des médias. Il semblerait qu’ils soient rarement tenus par la classe pauvre. À titre d’information, BFMTV, plateau où s’est exprimée Roselyne Bachelot et traitant en continu l’affaire Palmade appartient au groupe NextRadioTV depuis 2005, dont Alain Weill, homme d’affaires français est le propriétaire. Ainsi, nous avons pu assister à la complainte de Roselyne Bachelot victimisant les riches à travers un média détenu par un homme blanc de la classe dominante.

En revanche, elle explique que l’on « se délecte de l’identité des personnes impliquées et en particulier qui ont des prénoms qui signent l’immigration. Là évidemment, le sous-texte du racisme, de la haine de l’autre est là, bien présent ». Il ne serait venu à l’idée de personne d’évoquer l’identité des escorts s’ils s’agissaient de personnes possédant des noms « francisés ».

La peur d’une justice inégale

Sur les réseaux sociaux, il n’est pas rare de croiser l’expression de théories du complot déclarant que Pierre Palmade aurait eu droit à un traitement de faveur ou bien que son AVC arrive par hasard au bon moment.

C’est d’ailleurs ce que soulève l’ex-ministre en s’attaquant aux personnes pour qui : « la justice n’est pas la même pour tous et qu’elle favoriserait les riches ». Selon elle, « on voit bien que tout au long de cette affaire, sur les réseaux sociaux certains disent ‘bien sûr, comme c’est Palmade, il va s’en tirer et il n’aura pas la même justice que les autres' ». S’il est légitime de s’interroger, rien ne sert de spéculer avant que les premiers jugements de l’affaire ne surviennent.

À lire aussi : « Un jour ça te tuera » : un ex-amant de Pierre Palmade se confie sur les addictions de l’humoriste

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.