Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Amber Heard borderline ? Une psychologue dévoile les troubles de la personnalité de l’ex de Johnny Depp

Publié par Lauryn Bikile le 28 Avr 2022 à 11:25
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dans ce procès qui oppose Johnny Depp à Amber Heard, apparemment tous les coups sont permis ! Ainsi, après que la défense de l’actrice ait dévoilé un SMS effrayant que l’acteur aurait envoyé, ce dernier a décidé de répondre. Pour ce faire, il a embauché une psychologue qui a ainsi décelé que la jolie blonde souffrirait de troubles de la personnalité. On vous en dit plus !

 

Amber Heard atteinte de plusieurs troubles de la personnalité

 

Amber Heard

Shannon Curry est une psychologue clinicienne médico-légale employée par Johnny Depp, qui a eu la responsabilité d’évaluer en décembre 2021, Amber Heard, et ce, pendant 12 heures. Ainsi, ce mardi 26 avril 2022, elle a donc présenté son diagnostic. Diagnostic jouant en la défaveur de l’actrice.

La psychologue a annoncé deux diagnostics psychiatriques, à savoir qu’elle aurait un trouble de la personnalité borderline mais aussi un trouble de la personnalité histrionique. Apparemment, la comédienne ballotait entre « princesse et victime » . Shannon Curry a continué en disant que bien que ces personnes paraissent « mignonnes et féminines » , elles « peuvent en réalité être très destructrices » , « dramatiques erratiques et imprévisibles » et détenir un « désir sous-jacent de ne pas être abandonnées mais aussi d’être le centre d’attention » .

Mme Curry a continué en disant que le trouble de la personnalité limite s’illustrait par une personnalité instable et imprégnée de « beaucoup de colère, de cruauté envers les personnes moins puissantes, préoccupée par l’image, recherchant l’attention et encline à externaliser le blâme » . En ajoutant que c’est une personnalité marquée par « beaucoup de colère refoulée qui peut exploser vers l’extérieur » .

Selon la psychologue, toute personne voulant avoir une relation amoureuse avec une personnalité telle qu’elle, prendrait le risque de passer de tout à rien, c’est-à-dire de « l’idolâtrie à la poubelle » .

Puis, elle a enchainé en disant que ce comportement était propre aux personnalités borderline, en soulignant qu’elles sont « agressives en tant que partenaires.Elles font des menaces en utilisant le système juridique, menacent de demander une ordonnance restrictive, prétendant qu’elles sont maltraitées » .

Face à de telles déclarations, les avocats de celle qui aurait coupé le doigt de Johnny Depp, ont tant bien que mal, tenté de décrédibiliser ce témoignage, affirmant qu’il était normal que la psychologue tienne de tels propos étant donné qu’elle avait été engagée par l’acteur.

Ce à quoi, Shannon Curry a répondu : « Je rapporte des faits scientifiques indépendamment de ce qu’ils nous disent » . Avant qu’elle ne révèle que lors d’un test réalisé lors de la phase d’observation avec l’actrice, elle a pu remarquer que la jolie blonde avait « grossièrement exagéré » les symptômes de stress post-traumatique dont elle aurait pu être victime des suites des violences qui lui auraient été infligées. 

 

Des troubles à l’origine du comportement de l’actrice ?

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Amber Heard (@amberheard)

 

Johnny Depp aurait été victime de violences conjugales de la part d’Amber Heard, selon les déclarations qu’il a faites lors du procès, et malheureusement pour elle, le témoignage de la psychologue va bel et bien dans le sens de l’acteur.

Ce dernier s’est, en effet, plaint d’avoir découvert des excréments déposés sur son lit après qu’ils se soient disputés, mais aussi de s’être fait couper un doigt par l’actrice d’Aquaman, et dernièrement, un enregistrement audio dans lequel on entend très distinctement Amber Heard lui dire : « Je suis désolée de ne pas t’avoir giflée correctement » a été dévoilé.

Et si l’on en croit les déclarations de Shannon curry, la psychologue clinicienne, c’est typiquement le comportement d’une personnalité borderline. Il est donc légitime de se demander si les troubles dont serait atteinte l’actrice, n’expliqueraient pas le comportement violent dénoncé par Johnny Depp.

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0