Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

« Je ne bande plus » : Cette célébrité se livre sans tabou sur les effets intimes du cancer de la prostate

Publié par Sacha JOUANNE le 19 Mai 2021 à 21:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’ancien journaliste Jean-Marc Sylvestre a sorti son livre-témoignage « Tout n’est pas foutu! » où il se confie sur le cancer de la prostate, maladie dont il a été atteint durant de nombreuses années. L’occasion alors pour accorder une interview au quotidien Le Parisien où il s’est livré avec un témoignage poignant.

La suite après cette publicité
jean-marc-sylvestre-cancer-prostate-témoignage-interview

>>> A lire aussi : Vincent Lagaf’ touché par le cancer : « j’ai peur de la souffrance, de la déchéance »

Jean-Marc Sylvestre se confie dans son livre au sujet de son cancer de la prostate

La suite après cette vidéo

Le cancer de la prostate est une maladie dont très peu d’hommes osent en parler. L’ancien journaliste Jean-Marc Sylvestre a eu cette volonté de casser ce tabou en écrivant un livre-témoignage « Tout n’est pas foutu! » aux Éditions Albin Michel. Son cancer de la prostate lui a été diagnostiqué, il y a quinze ans. Alors l’homme a voulu écrire cet ouvrage afin d’apporter son expérience mais également de tout raconter dans les moindres détails au sujet de cette maladie.

La suite après cette publicité

À cette occasion, l’homme qui a notamment eu la direction du service économique de TF1 et de la chaîne LCI pendant près de vingt ans, a accordé une interview au journal Le Parisien. Lors de cet entretien, il a notamment justifié pourquoi avoir écrit ce livre. « L’impossibilité d’en parler s’est traduite par ce livre, c’était la seule solution, pour me libérer et retrouver confiance en moi » , a-t-il confié.

« Je ne bande plus. Ma verge est morte »

Cet homme, aujourd’hui âgé de 74 ans, s’est alors battu contre ce cancer pendant de nombreuses années en subissant notamment une opération. Ce mardi 18 mai, dans l’émission Morandini Live sur Cnews, Jean-Marc Sylvestre est notamment revenu sur le jour où il a appris l’apparition de cette maladie. « Vous vous faites soigner et vous risquez un certain nombre de dysfonctionnements, dont on peut parler. Ou alors, vous ne vous faites pas soigner, vous n’avez pas de symptôme, vous pouvez quasiment vivre normalement. Ça dure un peu plus longtemps, et vous terminez dans des souffrances épouvantables » , a expliqué l’ancien directeur du service économique de TF1 et de LCI.

La suite après cette publicité

Dès le début de son ouvrage « Tout n’est pas foutu! » , l’ancien journaliste nous plonge directement dans les ravages de cette maladie. « Voilà : je ne bande plus. Ma verge est morte, réduite à une vague présence sans vie, sans chaleur, un truc qui pendouille, une peau ridée par où passe l’urine, l’urine et rien d’autre. Je n’ai plus de sperme » , peut-on lire dès les premières lignes de son livre.

Sa lutte pour rendre le dépistage obligatoire chez les hommes à partir de 50 ans

Mais aujourd’hui, Jean-Marc Sylvestre est totalement guéri de son cancer de la prostate. Son quotidien, les dix dernières années, n’a pas du tout été facile notamment pour retrouver sa libido mais il en est parvenu. « Cela a été compliqué, mais ça s’est arrangé avec le temps, et avec l’âge mes exigences ont peut-être aussi diminué » , a-t-il déclaré au quotidien.

La suite après cette publicité

L’ancien journaliste milite aujourd’hui afin que les pouvoirs publics puissent rendre obligatoire le dépistage des hommes pour le cancer de la prostate dès l’âge de 50 ans.

>>> A lire aussi : « Quand on m’a dit cancer du sein, j’étais plus que surpris » : Franck Marandet se confie sur son cancer du sein qu’il a attrapé à 41 ans, une maladie très rare chez les hommes ! (vidéo)

Source : Le Parisien 

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.