Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

« Je ne suis pas qu’un voile, je suis une femme » : Diam’s revient sur sa conversion à l’islam !

Publié par Lauryn Bikile le 27 Juin 2022 à 18:34
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce dimanche 26 juin 2022, après plus de sept ans d’absence à la télévision, Diam’s a accordé une interview à Sept à huit. L’ancienne rappeuse en a donc profité pour revenir sur son choix de porter le voile. Découvrez ses propos ci-dessous.

 

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Dans Sept à Huit, Diam’s évoque son nouveau choix de vie

Diam's dans Sept à Huit.

Alors qu’après des années d’absence, Diam’s a fait son grand retour dans les médias en acceptant de se livrer dans une interview accordée à Brut, la jeune femme a décidé d’enchaîner en s’exprimant dans l’émission Sept à Huit. En effet, l’ancienne reine du rap a accepté de faire une interview avec Audrey Crespo-Mara. Elle en a donc profité pour revenir sur son passé douloureux, son énorme succès ou encore sur son passage en hôpital psychiatrique. Et au milieu de toutes ses confidences, Mélanie Georgiades de son vrai nom, a également voulu évoquer sa conversion à l’islam.

Cette dernière a notamment affirmé ne pas comprendre pourquoi sa décision avait tant fait débat à l’époque : « Je voyage beaucoup. Dans d’autres pays du monde, ce n’est pas central, quand on parle d’une musulmane on ne parle pas que de son voile » , a-t-elle révélé.

Avant d’insister sur le fait que son choix n’est pas la seule chose qui la définit :  « Je ne suis pas qu’un voile. Je suis une femme. Je ne suis pas qu’une femme voilée, je suis une femme comme toutes les femmes » . Sur TF1, Diam’s a aussi confié qu’elle considérait « injuste que, des fois, on demande aux femmes voilées de porter tout ce qui se passe dans le monde » .

Et véritablement consciente que son choix ait pu poser problème à de nombreuses personnes, celle qui est toujours amie avec Vitaa, déclare être heureuse d’avoir pu vivre « dans une famille comme la [sienne] » dans laquelle le voile n’a jamais été un sujet de « débat, de conflit » . « Chez moi, ma mère n’a jamais eu de problèmes avec ça. Mon père n’a jamais eu de problèmes avec ça » , s’est-elle remémoré devant les caméras de TF1. « C’est un non sujet chez nous » , a-t-elle continué.

« Nous ne vivons pas les choses comme certains peuvent le penser »

Diam’s a également affirmé être déçue que son choix de porter le voile ait fait changer les regards, voire même les avis de certaines personnes, à son égard : « Je comprends que ça interpelle ma propre mère, qui a vu sa fille se couvrir. L’interrogation, je peux la comprendre. On peut discuter, on peut échanger, on peut apprendre à se connaître… Et tout d’un coup, non, on ne peut pas échanger, on ne peut pas discuter » , a-t-elle confié dans Sept à Huit

L’interprète de La Boulette, a continué en disant que même si elle est « désolée » pour les femmes « qui souffrent » de devoir porter le voile, parallèlement à ça, elle connaît « des milliers de femmes qui sont très à l’aise avec ça » , comme elle.

Elle a notamment appuyé son propos en disant à Audrey Crespo-Mara : « Nous, qui avons décidé de le porter par convictions spirituelles, nous ne vivons pas les choses comme certains peuvent le penser » .

0