Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Mort de Frédéric Leclerc-Imhoff : Les Russes s’en prennent au journaliste décédé

Publié par Felix Mouraille le 31 Mai 2022 à 12:45
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Quelques heures seulement après l’annonce de la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff, des séparatistes pro-russes ont réagi. Ils ont décidé de relayer de fausses informations sur le journaliste de BFM TV. Pour eux, il aurait été présent pour une tout autre mission.

Crédit : BFM TV

Frédéric Leclerc-Imhoff : « un mercenaire étranger »

Dans un communiqué publié par l’agence de presse russe, Tass, les séparatistes donnent leur avis sur Frédéric Leclerc-Imhoff. Pour Andrey Marochko, officier de la milice, le journaliste reporter d’images de 32 ans « ne serait pas journaliste mais aurait plutôt joué un rôle dans la livraison d’armes et de munitions aux forces armées ukrainiennes » .

Encore une fois, pour Andrey Marochko, c’est un complice des forces ukrainiennes d’extrême droite. « Je ne l’aurais pas qualifié de journaliste parce que ses actions montraient une activité tout autre. Il est tout à fait possible de le qualifier de mercenaire étranger » . L’officier russe laisse entendre que sa mort était une suite logique à son comportement. « Il était voué à une fin aussi triste ».

Ces accusations graves rajoutent de l’huile sur le feu entre la France et la Russie. À la suite de l’annonce officielle du décès de Frédéric Leclerc-Imhoff, le parquet national antiterroriste a indiqué ouvrir une enquête pour crimes de guerre.

Le parquet antiterroriste ne veut pas en rester là

Pour rappel, Frédéric Leclerc-Imhoff, 32 ans, a été mortellement touché par un « éclat d’obus alors qu’il suivait une opération humanitaire » , d’après BFMTV. Après sa mort, le président, Emmanuel Macron a aussi réagi sur les réseaux sociaux.

« L’enquête est ouverte des chefs d’atteinte volontaire à la vie d’une personne protégée par le droit international des conflits armés, attaques délibérées contre des personnes qui ne prennent pas part directement aux conflits et attaques délibérées contre le personnel et les véhicules employés dans le cadre d’une mission d’aide humanitaire » , a déclaré le parquet antiterroriste.

0