Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Le président des Philippines avoue fumer du cannabis… puis se rétracte

Publié par Maxime le 04 Déc 2018 à 15:35
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Pas facile la vie de chef d’Etat ! Entre les déplacements aux quatre coins du monde, discours, protocoles, réunions aux sommets, gestion des crises diplomatiques, les présidents n’ont pas une minute à eux. Pour tenir cette cadence infernale, tous ont leurs petites astuces. Le Président des Philippines, Rodrigo Duterte, a récemment affirmé qu’il lui arrivait de consommer du cannabis pour tenir le coup. Une déclaration faite devant ses homologues, présidents des états d’Asie du sud-est, dans le cadre d’une réunion internationale. Alors qu’il se plaignait de ses plannings trop soutenus dans son discours, le sulfureux président des Philippines, connu pour ses provocations, s’est laissé allé à cette drôle de confidence.

 

View this post on Instagram

#PresidentDuterte enjoys a light moment with the Malacañang chefs and wait-staff at a Sunday fellowship dinner in the Palace. #PartnerForChange 🇵🇭

A post shared by Rodrigo Roa Duterte (@rodyroaduterte) on

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

 

Le président des Philippines amateur de cannabis ?

« Être président, c’est une activité éreintante. À mon âge (73 ans), ça va parce que j’utilise de la marijuana pour rester éveillé«  a-t-il ainsi énoncé à la tribune. Interrogé par CNN à la sortie de la réunion, le président des Philippines a fait marche arrière. « C’était une blague, bien sûr que c’était une blague. C’est mon style et c’est trop tard pour changer. » Vrai dérapage ou simple plaisanterie ? La question suscite l’indignation aux Philippines.

 

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Allumer un joint

 

Le président des Philippines est en guerre contre les trafiquants

Il faut dire que la thématique de la drogue agite particulèrement les Philippines. Élu président du pays en 2016, Rodrigo Duterte a séduit les électeurs pour sa fermeté sur le trafic de drogue qui ronge le pays. Il a notamment promis de livrer une guerre sanglante contre les trafiquants pour les affaiblir au maximum. Depuis son arrivée au pouvoir, plus de 20 000 personnes suspectées d’être liées au trafic de drogues ont été assassinées par la police locale. Un total très élevé qui trouve une explication dans les promesses de campagne de Rodrigo Duterte. L’une d’elles énonçait que les policiers ne seraient pas poursuivis judiciairement après l’assassinat d’un trafiquant. De quoi rassurer son propre dealer, ou pas.