Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Facebook

Messenger : Cette nouvelle fonctionnalité qui ne devrait pas plaire à tout le monde

Publié par Camille Lepeintre le 07 Fév 2022 à 18:34
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le 27 janvier dernier, Mark Zuckerberg, fondateur et PDG du groupe Meta (qui regroupe Facebook, Instagram, Whatsapp et Messenger), a annoncé une mise à jour qui ne devrait pas plaire à de nombreux utilisateurs…

>>> À lire aussi : Facebook (Meta) perd des milliers d’utilisateurs et dégringole en Bourse

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Les captures d’écran désormais visibles ?

Une mise à jour sur Messenger a déjà été déployée aux États-Unis et son arrivée sur le sol Européen est pour très bientôt ! Si vous aviez l’habitude de « screener » les conversations avec votre crush pour les montrer à votre meilleure amie, on vous déconseille désormais de le faire. Car Mark Zuckerberg en a décidé autrement.

« Nouvelle mise à jour pour les conversations Messenger chiffrées de bout en bout pour que vous receviez une notification si quelqu’un prend une capture d’écran d’un message éphémère » , a annoncé le PDG du groupe Meta sur son compte Facebook, le 27 janvier dernier. Il a montré l’exemple avec une conversation privée entre sa femme et lui. Cette dernière a reçu une notification qui l’a en effet prévenu que son interlocuteur avait fait une capture d’écran.

Si cela ne concerne que les discussions sur le mode éphémère de Messenger (où on peut envoyer des messages qui s’effacent automatiquement), Instagram peut subir le même sort. Selon The Independent, l’option aurait été mise en place pour des raisons de sécurité et pour répondre à la liberté d’expression des utilisateurs.

Vers une disparition prochaine de Facebook et Instagram en Europe ?

Le groupe Meta a de nouveau menacé de supprimer Facebook et Instagram en Europe. L’entreprise est soupçonnée de transférer les données personnelles de certains utilisateurs européens vers des serveurs basés aux États-Unis sans respecter les lois européennes. Le groupe ne serait pas en règle sur la loi RGPD (règlement sur la protection des données personnelles).

« Nous estimons qu’une décision finale à la suite de cette enquête pourrait être communiquée au cours de la première moitié de l’année 2022. Si un nouveau cadre du transfert de données transatlantiques n’est pas adopté et si nous ne pouvons pas nous baser sur les clauses contractuelles types ou sur des moyens alternatifs de transfert de données entre l’Europe et les Etats-Unis, nous serons probablement incapables d’offrir nos principaux produits et services en Europe, dont Facebook et Instagram » , explique l’entreprise dans le document », ont-ils annoncé dans un communiqué.

Si un accord n’est pas vite trouvé entre l’Union Européenne et le groupe Meta, les choses risquent de se compliquer pour les utilisateurs Européens.

>>> À lire aussi : Facebook : la grosse annonce qui vient de tomber…

0