Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Pourquoi il ne faut pas boire dans les bouteilles en plastique réutilisables ?

Publié par Hugo Plassot-Moizan le 20 Fév 2022 à 13:28

Depuis de nombreuses années, la prise de conscience écologique a mené beaucoup de monde à opter pour les gourdes. Une alternative plus écologique que les bouteilles en plastique simples. Mais pour beaucoup de spécialistes, il est fortement déconseillé de boire dans des bouteilles en plastique réutilisables.

>>> A lire aussi : Drame : un client décède en buvant du Champagne empoisonné dans un restaurant

Pourquoi il ne faut pas boire dans les bouteilles en plastique réutilisables ?

Chacun d’entre nous possède sûrement une gourde depuis quelques mois ou quelques années. Une très bonne alternative aux bouteilles plastique à usage unique. Mais selon plusieurs chercheurs, cette solution ne serait en réalité pas si bonne que ça. Des chercheurs de l’université de Copenhague ont mené une vaste enquête et en ont conclu un constat assez alarmant.

Ils ont détecté plusieurs centaines de substances chimiques dans des eaux qui étaient passées par ce type de bouteilles. Dont certaines potentiellement nocives pour notre santé. Parmi ces éléments, des produits destinés à rendre le plastique plus souple, des agents de démoulage et même une substance connue pour être activement présente dans des sprays antimoustiques.

boire au quotidien

Une grande expérience

Ces résultats plutôt alarmants ont été obtenus après de nombreux tests chimiques. Les tests ont été effectués via l’eau du robinet placé dans des bouteilles en plastique réutilisables avec plusieurs scénarios différents. Ils ont pu observer qu’il y avait une libération de substances soluble et invisible à l’œil nu.

Au total, les scientifiques ont détecté, plus de 400 produits issus du plastique en lui-même. Et jusqu’à 3.500 substances dérivées des produits utilisés dans les lave-vaisselles. Des résultats ultra négatifs concernant une solution qui est de plus en plus utilisée par le grand public dans un but écologique. Un phénomène qui traduit également « le peu de connaissances sur les produits chimiques émis par les produits avec lesquels nos aliments et boissons entrent en contact » .

>>> A lire aussi : Une navigatrice alerte sur la pollution de l’océan qui ne cesse de s’empirer

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.