Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Le Burn out : comment définir le problème qui touche de plus en plus de monde ?

Publié par Jessy le 06 Nov 2019 à 8:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Sur les réseaux sociaux, le « burn out » est devenu une expression à la mode pour dire qu’on en a marre d’une situation, du travail ou des examens. Une expression beaucoup utilisée, mais qui révèle de réels problèmes chez certaines personnes, notamment dans le milieu professionnel. Alors qu’est-ce que le burn out ?

Publicité

>> À lire aussi : L’incroyable moment où un bébé de 10 mois sort du coma, déjouant ainsi les pronostics des médecins

Burn-out , ou syndrome d’épuisement professionnel

Publicité

Tout le monde connaît la signification du burn out . Cela signifie un mal-être général lié bien souvent à la vie professionnelle. En français, le terme se traduit par « se consumer » . Alors, pas besoin de vous faire un dessin, et vous comprendrez bien que le problème n’est pas anodin. Au sein du corps médical, le burn out divise. Certains médecins voient cela comme une maladie mentale, pendant que d’autres le rapprochent d’une maladie physique. En février 2018, une loi visant à reconnaître le burn-out comme une maladie professionnelle a été rejetée par l’Assemblée nationale, comme le rapporte Le Figaro.

>> À lire aussi : Le dépistage de certains cancers s’effectuerait trop tôt, pouvant entraîner un surdiagnostic, selon plusieurs médecins

D’où vient l’expression, et comment elle a évolué ?

Publicité

En 1974, Herbert Freudenberger, un psychologue américain, travaillait dans une clinique new-yorkaise qui venait en aide aux personnes défavorisées. Face à un rythme de travail insoutenable, le professionnel souffre petit à petit d’une fatigue constante, il devient irritable et dort parfois des journées entières. Au sein des bénévoles, ce phénomène se répand petit à petit, et le psychologue décide de s’intéresser à ce qu’il surnommera le « Burn out » . En 1981, la psychologue Christina Maslash a mis au point un questionnaire afin de diagnostiquer le burn out. Aujourd’hui encore, ce questionnaire est utilisé pour certains patients.

À l’heure actuelle, le burn out est encore considéré comme un problème presque anodin, qui peut se soigner rapidement. Alors que la jeune génération reprend le terme pour exprimer sa fatigue face à un événement, des examens ou des cours, le burn out tend à être parfois minimisé. Alors qu’en 2018, un débat a été mis en place pour reconnaître ou non le burn out comme une maladie professionnelle, l’Assemblée nationale n’a pas été favorable à cela. Et cela a considérablement freiné les thèses et les hypothèses sur le burn out.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Le burn out est-il dangereux ?

Publicité

Le burn out connaît aujourd’hui une définition bancale, qu’il est difficile d’expliquer. Ce n’est pas une dépression, ce n’est pas une maladie mentale ou physique… Mais les spécialistes ne sont jamais d’accord sur la finalité. Pour autant, le burn out peut amener à des accidents de travail et à des tentatives de suicide. Et même si le burn out relève principalement du domaine professionnel, certains peuvent être victimes d’un burn out dans leur vie privée.

« Anxiété, irritabilité, troubles de la mémoire et de l’attention, repli sur soi, troubles du sommeil et baisse de motivation » liste alors Le Figaro. Des symptômes qui rythment le burn out, et qui peuvent engendrer des problèmes plus ou moins graves pour la personne qui en est la victime. Mais comment en arrive-t-on au burn out ? Surcharge de travail, conflits, manque de soutien de la hiérarchie et des collègues, objectifs surréalistes, pression de la hiérarchie… Tant d’éléments qui peuvent, petit à petit, vous faire sombrer dans un burn out.

>> À lire aussi : Voici à quoi nous ressemblerons tous à force de travailler derrière notre ordinateur