Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Cancer du sein : Pourquoi la mortalité est-elle plus importante chez les femmes noires ?

Publié par Gabrielle Nourry le 19 Fév 2022 à 8:35
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les femmes noires décéderaient davantage du cancer du sein. C’est ce que révèle une étude publiée dans la revue médicale Journal of the American Médical Association. Cette différence de mortalité s’expliquerait par des spécificités moléculaires.

Publicité

>>> À lire aussi : Nouvelle découverte majeure sur la destruction des tumeurs cancéreuses

Les femmes noires ont plus de risques de mourir d’un cancer du sein

Des chercheurs des Women’s College Hospital de Toronto ont étudié les données médicales de 375 000 femmes qui ont eu un cancer du sein, entre 2004 et 2011. Les résultats de leurs recherches sont impressionnants.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité

Il apparaît que les femmes noires sont plus à risque de mourir d’un cancer du sein, même au stade 1 que les femmes blanches ou japonaises. Elles ont 42 % plus de risques de mourrir d’un cancer du sein que les femmes blanches.

Pendant longtemps, cette différence était expliquée par le mode de vie, les facteurs socio-économiques et notamment l’accès aux soins. Mais ces facteurs sont-ils vraiment la seule explication ?

cancer sein
Publicité

Comment s’explique cette différence ?

Le Dr Steven Narod affirme que même après analyse des données médicales et des niveaux d’accès au soin; les femmes noires restent plus susceptibles de mourrir d’un cancer du sein que les femmes blanches ou japonaises.

« Il pourrait y avoir des différences biologiques intrinsèques qui sont responsables de certaines des différences dans les résultats, qui ne peuvent être éliminées » , explique le médecin. Mais son hypothèse n’est pas validée par l’ensemble de ses confrères.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Publicité

Le Dr Otis Brawley affirme que les différences dans les chances de survie s’expliquent par les facteurs socio-économiques. Selon lui, « les filles qui sont nées dans des familles pauvres ont une mauvaise alimentation. Elles sont plus susceptibles de gagner du poids alors qu’elles ont des enfants et d’avoir des menstruations jeunes, ce qui est lié à un risque accru de cancer du sein » .

>>> À lire aussi : Sida : Un nouveau variant du VIH, plus contagieux que les autres, a été identifié aux Pays-Bas

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.