Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Sida : Un nouveau variant du VIH, plus contagieux que les autres, a été identifié aux Pays-Bas

Publié par Quentin VIALLE le 04 Fév 2022 à 21:26
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Aux Pays-Bas, des chercheurs ont identifié un nouveau variant du VIH qui serait plus virulent et contagieux que les autres. Toutefois, « il n’y a pas de raison de s’alarmer » assure Chris Wymant, chercheur en épidémiologie.

Un nouveau variant du VIH identifié aux Pays-Bas

Des chercheurs de l’Université d’Oxford ont découvert l’existence d’un variant du VIH aux Pays-Bas qui circulerait depuis les années 1990. Appelé variant VB, il serait plus virulent et transmissible que les autres. « Les personnes infectées avec le variant VB ont une charge virale 3,5 à 5,5 fois plus élevée que les autres. Leurs lymphocytes T4 déclinent deux fois plus rapidement, les exposant au risque de développer le Sida bien plus tôt », indique nos confrères de Futura sciences. Cependant, Chris Wymant, chercheur et auteur principal de cette étude, explique qu’il « n’y a aucune raison de s’alarmer », puisque ce variant répond aux traitements existants.

Du fait de sa transmissibilité élevée, l’épidémiologiste et coauteur de cette étude Christophe Fraser a rappelé, dans un communiqué, l’importance des tests de dépistage. « Nos résultats soulignent l’importance (…) d’un accès régulier à des tests pour les personnes à risque de contracter le VIH, afin de permettre un diagnostic tôt, suivi d’un traitement initié immédiatement après ».

Sida : un variant du VIH identifié aux Pays-Bas

>>> A lire aussi : Des clients d’un institut de beauté infectés au VIH après un soin du visage

109 personnes infectées

Au total, ce variant du VIH contenant plus de 500 mutations aurait infecté au moins 109 personnes, dont 4 en dehors des Pays-Bas. Sur l’ensemble des cas positifs, une majeure partie était des hommes ayant eu des rapports avec d’autres hommes. Il reste désormais à savoir par quel mécanisme s’opère sa haute virulence. Les chercheurs espèrent que d’autres études pourront apporter des réponses à ces questions.

>>> A lire aussi : Cancer du poumon : une découverte inquiétante même pour les non-fumeurs

Source : LeFigaro

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.