Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Coronavirus : comment ces masques de plongée Décathlon pourraient bien sauver des vies ?

Publié par Salomee le 23 Mar 2020 à 11:31
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Avec un total de 59 138 cas confirmés en Italie et de 5476 décès, l’Italie est le deuxième foyer le plus touché par l’épidémie après la Chine. En manque de masques dans les hôpitaux, un médecin de l’hôpital de Gardone Valtrompia a demandé à une entreprise, nommée Isinnova, de fabriquer des masques de ventilation d’urgence en 3D. Découvrez ce masque insolite dans la vidéo ci-dessous :

À lire aussi: Confinement : un homme s’ennuie et décide de faire un tour en avion !

Une entreprise réquisitionnée pour contrer la pénurie de masques en Italie

Le médecin à l’origine de cette demande est Renato Favero. Il a contacté l’entreprise pour faire face à la pénurie de masques de thérapie sous intensive, qui pourrait être à l’origine de la forte contamination des Italiens, rapporte Isinnova dans un communiqué délivré sur son site web. 

L’entreprise fabriquait des valves d’urgence avec un processus de fabrication 3D pour un autre établissement de santé, l’hôpital de Chiari.

Grâce à cet accord, l’entreprise s’est lancée dans la construction d’un masque de ventilation d’urgence pour cet hôpital italien, en forte pénurie.

Une collaboration avec l’entreprise Décathlon !

L’entreprise a décidé de créer un masque de ventilation d’urgence en s’inspirant d’un masque de plongée déjà présent sur le marché : le fameux masque intégral Décathlon. L’entreprise a tout de suite voulu coopérer avec Isinnova et a fourni le dessin du masque de snorkeling.

Après l’analyse et la déconstruction de l’objet, un nouveau masque garantissant la connexion au ventilateur a vu le jour, grâce à la technologie 3D. 

Après des tests positifs sur les patients, les masques ont été fournis aux hôpitaux concernés. La firme Isinnova rappelle que ces objets n’ont pas été certifiés. Pour pouvoir utiliser le masque, le patient doit signer une charte prouvant qu’il a consenti à utiliser un dispositif biomédical non certifié. En effet, il s’agit d’un besoin impératif. Il fallait trouver un remède rapide pour contrer une situation de crise, dans laquelle aucune fourniture officielle n’était disponible. 

De plus, le fabricant affirme qu’il laisse le brevet à disposition, ainsi que la notice de fabrication. Le but est de l’utiliser le plus possible pour contrer des pénuries dans l’urgence.

C’est une belle démonstration de la solidarité des entreprises avec les services médicaux. Cette alliance va surement permettre à plus de malades de guérir.

Source: Linkedin Simon Dawlat – Isinnova.

À lire aussi: Angela Merkel atteinte du covid-19 ? Elle est placée en quarantaine !

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0