Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Coronavirus : le phénomène tant redouté est en train de se produire

Publié par Claire JONNIER le 19 Juin 2020 à 9:12
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Au niveau des régions Auvergne Rhône-Alpes, Normandie et Occitanie, l’épidémie de Covid-19 repart à la hausse. En tous les cas, c’est le résultat d’une étude menée sur le taux de reproduction, désormais supérieur à 1 dans ces trois régions.

La suite après cette publicité

>> À lire aussi : Coronavirus : les contaminations explosent dans ce département, le préfet tire la sonnette d’alarme !

Épidémie de Covid-19 : ce n’est pas terminé !

La suite après cette vidéo

Avec les vacances d’été qui approchent, la vigilance a tendance à se relâcher. Pourtant, l’épidémie de Covid-19 est toujours présente sur le territoire et semble faire un pique dans trois régions en particulier : Auvergne Rhône-Alpes, Normandie et Occitanie. En effet, selon le taux de reproduction, il semblerait qu’il soit supérieur à 1 pour les trois régions pré-cités.

Mais que veut dire un taux supérieur à 1 ? Et bien, il s’agit du nombre de personnes contaminées par un individu infecté. « S’il est supérieur à 1, cela veut dire que chaque porteur du virus va transmettre le virus à plus d’une personne et donc l’épidémie augmente. Quand le facteur de reproduction franchit ce seuil, cela signifie que des clusters (foyers épidémiques) se sont formés, et qu’ils sont en cours d’investigation” explique le ministre des Solidarités et de la santé Olivier Véran. En revanche, quand le chiffre régresse, alors on considère que l’épidémie est en train de disparaître.

La suite après cette publicité

 

>> À lire aussi : Alerte nouveau cluster en France : 46 personnes contaminées !

À quel point faut-il s’inquiéter ?

Pour surveiller de près l’épidémie de Covid-19, les chiffres sont aujourd’hui essentiellement basés sur les tests PCR. Du coup, les résultats ont l’avantage de « reposer sur les données des cas confirmés et de s’appuyer sur un recours au test qui a vocation à intervenir rapidement après la survenue des signes évocateurs.”

La suite après cette publicité

Contacté sur le sujet, l’infectiologue est membre de l’académie nationale de médecine François Bricaire estime qu’un taux supérieur à 1 est “un élément de surveillance déterminant dans la gestion de la crise sanitaire”, notamment car c’est principalement cet outil qui “permet de déclencher rapidement des enquêtes autour d’un cas.” En outre, il faut savoir que la Martinique et la Guyane sont elles aussi surveillées avec un taux largement positif.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.