Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Omicron : Cette terrible nouvelle qui vient de tomber

Publié par Justine le 04 Fév 2022 à 8:14

Alors dominant en France et dans le monde, le variant Omicron nous réserve encore des surprises. Une nouvelle étude dévoile que les personnes contaminées par ce variant peuvent être réinfectées peu de temps après. Ce que l’on sait.

Omicron : nouvelles découvertes

>>> À lire aussi : Omicron meurtrier ? La très mauvaise nouvelle qui vient de tomber

Mauvaise nouvelle concernant Omicron

L’étude menée par L’Imperial College révèle que le variant Omicron (alors très contagieux, mais considéré comme peu dangereux), a 5,4 fois plus de chances de réinfecter les personnes ayant déjà contracté le virus. Suite à cette conclusion, les chercheurs émettent l’hypothèse qu’Omicron protège beaucoup moins dans les 6 mois suivant la contamination que les autres formes de virus.

Cette mutation qui représente plus de 95 % des contaminations en France, conférerait une immunité de 19 % contre 85 % pour Delta. Par ailleurs, les malades asymptomatiques avec une réponse immunitaire faible, ont plus de chances d’être réinfectés contrairement aux personnes ayant eu des symptômes. Cette découverte met ainsi à mal l’hypothèse de l’immunité collective.

>>> À lire aussi : Covid-19 : Ce nouveau vaccin qui pourrait tout changer

Une nouvelle vague Omicron à venir ?

Il est donc possible d’être réinfecté quelques semaines, voire quelques mois après avoir contracté Omicron. Par ailleurs, même si le vaccin protège contre les formes graves, ce variant semble être plutôt malin : « Quand on se fait vacciner ou qu’on est contaminé, on génère une panoplie d’anticorps. Le virus par ses mutations parvient à contourner cette réponse induite et à quand même contaminer des personnes théoriquement protégées » , indique Stéphane Paul, immunologue au CHU de Saint-Etienne à Ouest France.

Ce nouvel élément est étudié de près par le gouvernement. Interrogé sur le sujet par LCI, Olivier Véran explique que les malades ont pu être contaminés par deux variants différents, notamment le sous-variant d’Omicron BA.2. De fait, « on pourrait avoir des vagues épidémiques tous les trois mois » , prévient Stéphane Paul.

>>> À lire aussi : BA.2 : Plus contagieux que son cousin Omicron ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.