Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Omicron : La bonne nouvelle qui vient de tomber sur son sous-variant

Publié par Fanny Jacob le 23 Fév 2022 à 13:05
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’Organisation mondiale de la santé a dressé un nouveau bilan ce mardi 22 février 2022 concernant le variant Omicron. Selon les dernières données analysées, le sous-variant BA.2 ne serait pas plus dangereux que son grand frère BA.1. Et cela, même s’il se propage plus vite que ce dernier. Pourtant, une autre étude sur le sujet démontre, au contraire, sa prédisposition à infliger des formes graves.

La suite après cette publicité
ba.2 virus omicron covid-19 dangerosite

>>> A lire aussi : BA.2 : Plus contagieux que son cousin Omicron ?

Il n’y aura pas de différence de dangerosité entre BA.2 et BA.1

La suite après cette vidéo

Nous ne savions pas si le sous-variant d’Omicron BA.2 était aussi dangereux que son grand frère BA.1. En réalité, la seule chose dont était certaines l’OMS, c’est que BA.2 circule plus vite que la souche première d’Omicron. Selon l’organisme, ce sous-variant qui se répand très vite au Danemark ne « provoque pas de forme plus grave » du Covid-19 que BA.1. Une bonne nouvelle étant donné que celui-ci est voué à devenir majoritaire dans la plupart des pays. Selon une des responsables de l’Organisation mondiale de la santé, il n’y aurait aucune différence entre les deux Omicron pour ce qui est de leur gravité.

La suite après cette publicité

La seule différence à noter, c’est son séquençage. « Nous ne voyons pas de différence en termes de gravité entre BA.1 comparé à BA.2 et donc c’est un niveau de gravité similaire en termes de risques d’hospitalisation » , a déclaré Maria Van Kerkhove. D’après elle, ce bilan est positif pour les recherches dans le cadre de l’épidémie. « C’est vraiment important, parce que dans de nombreux pays, il y avait une quantité substantielle de circulation aussi bien de BA.1 que de BA.2 » , écrit-elle sur les réseaux.

Une information à prendre avec des pincettes

Néanmoins, l’OMS rapporte aussi d’autres conclusions ce mardi. En effet, le Comité consultatif d’experts sur l’évolution du virus à l’origine du Covid-19 dénote quelques inquiétudes provoquées par la prépublication de ce bilan. En effet, il aurait été non contrôlé par des pairs. Un bilan qui pourrait se révéler erroné puisqu’une autre étude démontre le contraire. Il s’agit d’une étude sur des hamsters qui semble montrer qu’au contraire BA.2 infligeait des formes plus graves que BA.1.

La suite après cette publicité

Pour l’instant, les résultats ne démontrent pas de véritables différences sur les êtres humains. Les chercheurs continuent d’utiliser les dispositifs de séquençage pour en avoir le cœur net.

>>> A lire aussi : Des nouveaux cas de « Deltacron » détectés : Sommes-nous face à un nouveau variant dangereux ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.