Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Variole du singe : terrible décision de l’OMS

Publié par Céline le 24 Juil 2022 à 10:43
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce samedi 23 juillet, le directeur général de l’OMS a annoncé une nouvelle redoutée en ce qui concerne la variole du singe : l’urgence de santé publique de portée internationale.

Un risque beaucoup plus élevé en Europe

Ce samedi 23 juillet, l’Organisation mondiale de la santé a déclenché son plus haut niveau d’alerte. Dans l’espoir de juguler la flambée de variole du singe dans le monde. Une maladie qui a, pour l’heure, touchée dans 74 pays, près de 17 000 personnes. Tedros Adhanom Ghebreyesus a donc décidé de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale, même si comme il le confie lors d’un point presse, le risque dans le monde est relativement modéré comparé à l’Europe.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

« C’est un appel à l’action, mais ce ne sera pas le premier. », a souhaité indiquer Mike Ryan, le responsable des situations d’urgence de l’OMS. En effet, ce dernier espère que cette initiative va mener à une action collective contre la maladie.

Le directeur général de l’OMS déclare une urgence de santé publique de portée internationale concernant la variole du singe

Pixabay

98 % des personnes touchées sont bisexuels ou gays

Détectée début mai, il s’avère que la recrudescence inhabituelle de cas de variole du singe en dehors des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest, s’est depuis étendue dans le monde entier. Et l’Europe en est même devenue l’épicentre.

Décelée pour la première fois chez l’homme en 1970, il faut savoir que la variole du singe est beaucoup moins dangereuse et contagieuse que sa cousine la variole. Cette dernière a d’ailleurs été éradiquée en 1980. Généralement, les malades sont bisexuels ou gays, vivant essentiellement en ville.

Lors d’une étude diffusée dans la revue scientifique New England Journal of Medicine, on apprend d’ailleurs que la vaste majorité, 95 %, des cas récents, ont été transmis lors d’un contact sexuel. De plus, 98 % des personnes touchées sont des hommes bisexuels ou gays.

0